GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Vendredi 23 Août
Aujourd'hui
Dimanche 25 Août
Lundi 26 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Hong Kong: la police antiémeute a chargé les manifestants prodémocratie dans le quartier de Kwun Tong (journaliste AFP)
    • Spatial: le vaisseau «Soyouz» avec le premier robot humanoïde russe à son bord ne parvient pas à s'arrimer à l'ISS
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: attentat-suicide meurtrier des talibans dans le centre de Kaboul

    media Les forces de sécurité afghanes sur le site de l'attentat-suicide à la voiture piégée, à Kaboul, le 19 avril. REUTERS/Omar Sobhani

    Un attentat-suicide à la voiture piégée et une fusillade ont fait au moins 30 morts et 320 blessés, ce mardi 19 avril au matin dans le centre de Kaboul. L'attaque a été revendiquée par les talibans, une semaine après avoir annoncé le début de leur « offensive de printemps ».

    L'attaque, qui visait un bâtiment officiel, s'est produite en pleine heure de pointe matinale. Des journalistes de l'Agence France-Presse (AFP) ont senti les maisons vibrer, des vitres ont volé en éclats, une colonne de fumée s'élevait dans le ciel et des sirènes de police et d'ambulances retentissaient dans toute la ville.

    Les talibans ont revendiqué cet attentat-suicide à la voiture piégée. Une tactique dont ils font régulièrement usage contre la police et l'armée afghanes, ainsi que les services de renseignement, qualifiés de « larbins » des forces étrangères déployées en Afghanistan, depuis la chute de leur régime fin 2001.

    Le président afghan Ashraf Ghani a condamné « dans les termes les plus forts l'attaque terroriste de ce matin qui a fait de nombreux morts et blessés parmi nos compatriotes ». D'après le ministère de la Santé, au moins 30 personnes ont été tuées et 320 blessées, dont beaucoup « très grièvement ». Le bilan pourrait donc s'alourdir.

    Un bâtiment gouvernemental ciblé

    L'attentat visait un bâtiment appartenant au gouvernement afghan dans le centre de la capitale. La première explosion, entendue à des kilomètres à la ronde, a été perpétrée au moyen d'une « voiture piégée conduite par un kamikaze », selon Sediq Sediqqi, le porte-parole du ministère de l'Intérieur.

    Puis « des combattants sont entrés à l'intérieur du complexe », selon Zabiullah Moudjahid, porte-parole habituel des talibans. Une assertion que les services de sécurité n'étaient pas en mesure de confirmer. Cependant des journalistes de l'AFP présents sur place ont entendu des échanges de tirs nourris à proximité du bâtiment que le NDS, les services de renseignement afghans, disent avoir occupé par le passé. De même source, le complexe serait aujourd'hui utilisé par la présidence. Un insurgé a été abattu selon les autorités.

    Attaque d'envergure

    L'explosion a eu lieu en début de matinée, à l'heure où les employés se rendent au travail. Des journalistes de l'AFP ont senti les maisons vibrer. Des vitres ont volé en éclats, une colonne de fumée s'élevait dans le ciel et des sirènes de police et d'ambulances retentissaient dans toute la ville.

    Une bombe qui explose à moins de deux kilomètres du palais présidentiel, dans un quartier sécurisé, non loin également de l’ambassade des Etats-Unis, c'est une véritable démonstration de force. La première depuis que les talibans ont annoncé le début de leur « offensive de printemps » annoncée il y a une semaine, baptisée « Opération Omari », en mémoire du mollah Omar, le défunt fondateur de leur mouvement. Ils disent vouloir mener des « attaques de grande envergure » dans tout le pays, notamment contre les 13 000 soldats de l'Otan dont ils exigent le départ d'Afghanistan.

    Les insurgés ont ainsi lancé vendredi un assaut contre Kunduz, la grande ville du Nord, qu'ils étaient parvenus à envahir et à tenir pendant quelques jours à l'automne dernier. L'armée afghane, seule en première ligne depuis la fin de la mission de combat de l'Otan fin 2014, a toutefois réussi à repousser cette nouvelle offensive sur Kunduz.

    Pour tenter de mettre fin au conflit, le gouvernement afghan essaye de relancer les pourparlers de paix amorcés l'été dernier et au point mort depuis l'annonce de la mort du mollah Omar.

    « Ces lâches attentats terroristes ne sauraient affaiblir la volonté et la détermination des forces de sécurité afghanes », a déclaré le président afghan Ashraf Ghani.

    (Avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.