GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
Mardi 20 Novembre
Aujourd'hui
Jeudi 22 Novembre
Vendredi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Japon: Carlos Ghosn maintenu en détention pendant dix jours selon l'agence de presse japonaise Kyodo
    Asie-Pacifique

    Thaïlande: une loi interdit de faire campagne avant le référendum

    media Une affiche montrant le roi de la Thaïlande, Bhumibol Adulyadej, dans une rue de Bangkok, le 17 avril 2016. REUTERS/Jorge Silva

    En Thaïlande, le roi a promulgué une nouvelle loi vendredi 22 avril : dix ans de prison sont encourus pour toute personne faisant campagne avant le référendum du 7 août prochain. Celui-ci portera sur le nouveau projet de Constitution, élargissant davantage le pouvoir des militaires à la tête du pays depuis presque deux ans.

    Quelques heures avant la publication de la loi, le commissaire aux droits de l'homme de l’ONU demandait au gouvernement thaïlandais « d’encourager activement plutôt que de décourager le dialogue et les prises de position concernant le projet de Constitution ». Conclusion : c’est raté !

    10 ans de prison et 200 000 baths (soit 5 000 euros) d’amende, ou encore la révocation du droit de vote pendant dix ans : ceux qui tenteraient de faire entendre leur voix avant le référendum risquent gros. La loi vise les médias ainsi que les prises de position sur Internet.

    → A (RE)LIRE : Thaïlande: un projet de Constitution remis à la junte, interdiction d'en parler

    La semaine dernière déjà plusieurs activistes et un ancien politicien de renom avaient été arrêtés pour avoir critiqué le nouveau projet de Constitution. En cause : le texte prévoit un Premier ministre non élu ; un Sénat entièrement nommé  ; et un renforcement du pouvoir des tribunaux, bastion des élites traditionnelles soutenues par l’armée.

    Car la Thaïlande est toujours fortement divisée entre ces élites et les partisans de la famille Shinawatra Thaksin, exilé depuis dix ans, et Yingluck, destituée juste avant le coup d’Etat militaire il y a deux ans. Les Shinawatra ont le soutien des classes populaires et remportent traditionnellement les élections. La junte tente avec ce projet de Constitution de rendre impossible leur retour au pouvoir.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.