GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Nouvelle frappe israélienne contre des cibles du Jihad islamique à Gaza (armée)
    Asie-Pacifique

    Vietnam: après une hécatombe de poissons, une usine taïwanaise soupçonnée

    media Une femme collecte des palourdes mortes sur une plage du district de Ky Anh, dans la province de Hà Tinh, le 27 avril 2016. STRINGER / AFP

    Au Vietnam, depuis plusieurs jours, des centaines de tonnes de palourdes et de poissons morts ont été retrouvées sur 200 km de côtes, le long des plages et dans les fermes d’élevage du centre du pays, provoquant l’inquiétude de la population et des pécheurs. Les soupçons se tournent vers une conduite d’eaux usées qui relie la mer à l’usine d’acier taïwanaise de Formosa.

    Avec notre correspondant à Saïgon,  Frédéric Noir

    « Je suis Vietnamien et je choisis les poissons ». Ce slogan repris sur les réseaux sociaux est une réponse à la société taïwanaise Formosa. Le directeur des relations extérieures de ce groupe industriel a en effet déclaré cette semaine sur une télévision d’Etat vietnamienne : « Vous ne pouvez pas tout avoir. Vous devez choisir entre les poissons, les crevettes ou une aciérie ».

    Si le groupe s’est depuis excusé pour ces propos, cette déclaration a provoqué la colère de nombreux Vietnamiens. Une colère alimentée par les nombreuses photos qui circulent sur Internet, avérées ou non, montrant des amas de poissons morts sur les plages, des canalisations déversant des produits chimiques dans l’océan et, fait plus rare dans ce pays communiste, des photos de manifestations sporadiques encadrées par la police dans le centre du pays.

    Les conséquences écologiques, économiques et sanitaires s’annoncent très lourdes. Des centaines de personnes ont été intoxiquées en mangeant du poisson et de nombreux pêcheurs et fermes d’élevage, pour la plupart déjà endettés, risquent de se retrouver sans ressources.

    Au Vietnam, les scandales écologiques sont souvent étouffés, alimentant un ressentiment de la population envers les autorités locales accusées de corruption. Mais l’ampleur de cette catastrophe a poussé le gouvernement à réagir. Le ministre vietnamien de l’Environnement a promis de faire rapidement la lumière sur les causes de la catastrophe.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.