GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
Aujourd'hui
Mardi 25 Septembre
Mercredi 26 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Etats-Unis: une deuxième femme accuse le juge Kavanaugh d'inconduite sexuelle (New Yorker)
    Asie-Pacifique

    Bangladesh: le groupe EI revendique le meurtre d'un tailleur hindou

    media La semaine dernière, le 24 avril, des manifestants ont protesté à Dacca contre la vague de crimes perpétrés par des islamistes dans le pays. STR / AFP

    Un tailleur hindou a été assassiné à coup de hachettes dans le centre du Bangladesh, samedi 30 avril vers midi, par plusieurs hommes à moto. Le crime a rapidement été revendiqué par l'organisation Etat islamique à travers l'agence de presse du groupe terroriste. C'est le 5e homme en un mois à être tué de cette façon dans le pays par des groupes islamistes.

    Avec notre correspondant dans la région Sébastien Farcis

    Les assaillants sont arrivés à moto, ont attiré le tailleur hors de son atelier avant de l'abattre d'un coup de machette, en pleine rue et à la lumière du jour, dans une ville de la grande banlieue nord de Dacca.

    Dans sa revendication, l'organisation Etat islamique a affirmé que Nikhil Joardar, cet hindou de 50 ans, avait insulté le prophète Mahomet. En 2012, il avait été incarcéré pendant trois semaines pour avoir heurté les sentiments religieux de musulmans. Mais la plainte a ensuite été retirée.

    Le groupe EI a déjà revendiqué l'assassinat d'un chrétien bangladais fin mars. Et depuis une semaine, il a signé le meurtre d'un universitaire de Dacca, alors qu'al-Qaïda a assumé l'assassinat de deux militants homosexuels.

    Le gouvernement bangladais continue à nier la présence de ces groupes islamistes internationaux et accuse des factions locales, telles que Jamaat-ul-Mujahideen Bangladesh (JMB) et Ansarullah.

    Mais très peu d'arrestations ont été réalisées depuis le début de cette vague de crimes contre des blogueurs, militants laïcs ou simples libres penseurs. Des meurtres qui ont coûté la vie à une dizaine de personnes en plus d'un an.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.