GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Novembre
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Chine et Russie annoncent des manœuvres militaires communes

    media Soldats de l'armée chinoise, le 8 avril 2016 à Pékin. REUTERS/Kim Kyung-Hoon

    A la veille d’un important congrès du Parti des travailleurs en Corée du Nord (le premier depuis 1980), la Chine et la Russie ont annoncé des manœuvres militaires communes pour ce mois-ci. Un rapprochement que des analystes voient comme une réponse au projet américain de déployer un bouclier anti-missile en Corée du Sud.

    Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

    Ce sont les premières manœuvres du genre. Leur objectif : les troupes russes et chinoises doivent s’exercer face à d’éventuelles frappes provocatrices de missiles, comme l’annoncent les deux ministères de la Défense, tout en soulignant que ces exercices « ne visent aucune partie tierce ».

    Mais Washington comprendra le message. Moscou et Pékin montrent leurs muscles pour dissuader les Etats-Unis de déployer leur bouclier anti-missile dans la péninsule coréenne. Les deux pays sont vent debout contre ce système appelé THAAD, capable de détruire en vol des missiles-nord-coréens mais théoriquement aussi capable de viser les territoires chinois ou russes. « Cela affectera directement la sécurité stratégique de la Chine et de la Russie », avait déclaré le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi lors d’une rencontre avec son homologue russe.

    La suite dépendra de la Corée du Nord. Américains, Russes et Chinois observeront de près l’attitude de Kim Jong-un. Pékin, seul allié de Pyongyang, semble pour l’instant impuissant à calmer les ardeurs du dirigeant nord-coréen qui poursuit coûte que coûte le développement de son programme nucléaire militaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.