GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Lundi 22 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 24 Juillet
Jeudi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    La Chine grande absente du Congrès nord-coréen

    media Le leader nord-coréen Kim Jong-un lors de son discours d'ouverture du 7e congrès du partu unique, le 6 mai à Pyongyang (photo relayée par l'agence officielle du régime KCNA). KCNA/via Reuters

    Le 7e congrès du Parti des travailleurs s'est ouvert vendredi 6 mai, le premier depuis 36 ans. L'occasion pour son dirigeant Kim Jong-un de confirmer son statut de leader suprême. Des médias internationaux ont d'ailleurs été conviés pour couvrir l'événement, mais aucun dirigeant étranger n'y a participé. Pas même la Chine, l'un de ses plus proches alliés, irritée ces derniers mois par l'attitude de Pyongyang.

    Avec notre correspondante à Shanghai,  Angélique Forget

    D'après la presse officielle chinoise, si la Chine est absente du 7e congrès du Parti des travailleurs, c'est simplement parce qu'elle n'a pas été invitée. D'ailleurs, c'est presque normal, entend-on du côté de Pékin, puisqu'on n'y traite que d'affaires intérieures.

    Un congrès à l'ancienne en guise de sacre pour Kim Jong-un

    Mais cet « oubli » de Pyongyang reflète bien que les relations sino-coréennes sont en train de changer.

    En 1980, lors du dernier congrès du genre, une importante délégation chinoise avait été reçue en grande pompe par la Corée du Nord. Plus récemment, en octobre dernier, un haut dignitaire chinois s'est affiché au côté de Kim Jong-un lors du 70ème anniversaire du parti unique.

    Les tirs nucléaire ont irrité Pékin

    Mais les récents essais de tirs nucléaires et de missiles balistiques ont irrité Pékin. Si les deux pays restent liés par un traité de coopération et d'assistance mutuelle signé en 1961, la Chine a quand même appliqué les sanctions recommandées par l'ONU contre son voisin.

    En refusant d'inviter Pékin, Pyongyang a peut-être simplement exprimé son mécontentement. Peu importe, lit-on dans la presse officielle : jamais la Chine ne sera une force hostile à la Corée du Nord.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.