GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Philippines: les prédicateurs oracles, véritables faiseurs de présidents

    media Des partisans de Rodrigo Duterte, candidat à la présidentielle philippine, à Malabon, le 27 avril 2016. REUTERS/Erik De Castro

    L'Afrique a ses marabouts faiseurs de présidents, les Philippines leurs prédicateurs oracles ! Ce lundi 9 mai ont lieu dans l'archipel des élections décisives pour l'avenir du pays et pour désigner le successeur de Benigno Aquino, trente ans après la chute du dictateur Marcos. Alors que s'expriment des inquiétudes pour la démocratie, deux sectes influentes ont apporté cette semaine leur soutien officiel au favori des sondages, le très controversé Rodrigo Duterte. A toutes les deux, ces sectes revendiquent près de 7 millions d'électeurs, de quoi peser sur le scrutin.

    Avec notre correspondante à Manille, Marianne Dardard

    Six heures devant l'église Iglesia ni Cristo de Bel-Air Makati, c'est l'heure du premier office. Les fidèles endimanchés s'engouffrent à l'intérieur du fier édifice bleu et blanc. Il y a interdiction d'enregistrer. Dehors, cependant, les langues finissent pourtant par se délier. Ex-catholique, Violeta Hibay s'est convertie voilà plusieurs années à Iglesia ni Cristo : « En tant que membre, je suis les consignes de vote données par Iglesia ni Cristo ».

    Fondée par Felix Manalo, Iglesia ni Cristo est considérée comme une secte d'inspiration chrétienne. Dans un pays où la religion est omniprésente, Iglesia ni Cristo a pignon sur rue et fait aujourd'hui activement campagne pour le candidat Duterte. Et elle n’est pas la seule.

    Dans un style jugé « bling-bling » samedi, c'est Apollo Quiboloy, le chef du « Royaume de Jésus-Christ » qui a longuement harangué la foule durant le meeting final de Duterte : « Quelle que soit la somme que je puisse te donner : un milliard de pesos, deux, trois, cinq, ça m'est égal ! ». Critiqué pour avoir prêté son jet privé à Rodrigo Duterte durant la campagne, Apollo Quiboloy est à la tête de chaînes télévisées émettant à l'étranger. Il se présente comme un prophète oracle, mais s'est déjà trompé par le passé.

    Duterte, le Donald Trump local

    La candidat Rodrigo Duterte est un habitué des déclarations fracassantes ; il promet ainsi de se débarrasser de la criminalité en six mois en ordonnant aux forces de sécurité d'abattre tous les criminels. Il prévoit aussi de fermer le Parlement si les députés ne sont pas de son avis, de réécrire la Constitution, tout en émaillant ses déclarations d'allusions sexuelles.

    Les Philippines prennent-elles vraiment au sérieux toutes ces déclarations ?  Pour David Camroux, chercheur au Centre de recherches internationales de Sciences-Po, Rodrigo Duterte, « c’est un peu le style de Donald Trump. Il dit des choses assez outrageuses, par exemple sur le viol d’une religieuse dans sa ville, mais ça plait à une partie de la population philippine qui voit la politique comme du grand cinéma. Ce n’est pas pour rien, qu’à part les grandes familles des dynasties politiques, ceux qui arrivent au pouvoir sont souvent des acteurs de cinéma. Vous avez aussi l’exemple du champion du monde de boxe Manny Pacquiao qui est sénateur. C’est ça la nouvelle vague ; des hommes et des femmes politiques qui se construisent par les médias. »

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.