GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Août
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Aujourd'hui
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Le Bangladesh exécute le leader du principal parti islamiste

    media Motiur Rahman Nizami, leader du parti Jamaat-e-Islami, leader du parti Jamaat-e-Islami, ex-député et ex-ministre, ici, le 29 octobre 2014. STR / AFP

    Condamné en 2014 pour crimes de guerre, l’ancien ministre et chef du Jamaat-e-Islami, principal parti islamiste du pays, Motiur Rahman Nizami a été exécuté mardi 10 mai juste avant minuit, dans une prison de la capitale Dacca. Ancien député âgé de 73 ans, Motiur Rahman Nizami avait servi comme ministre dans le dernier mandat de Khaleda Zia lorsque celle-ci a été Premier ministre. Cette exécution intervient dans un climat tendu après les récents meurtres de militants et d’intellectuels dans le pays.

    Motiur Rahman Nizami a été pendu. Le chef du principal parti islamiste du pays n’a pas voulu demander la grâce présidentielle, qui impliquait la reconnaissance des crimes pour lesquels il avait été condamné.

    Nizami avait été jugé coupable de meurtre, de viol et d’avoir planifié l’assassinat d’intellectuels et de médecins pendant la guerre d’indépendance de 1971. Il a été condamné à mort par un tribunal mis en place par le gouvernement et très critiqué par les organisations de défense de droits de l’homme. Human Rights Watch avait demandé à ce que son exécution soit suspendue et dénoncé un procès contraire et justice équitable.

    Les observateurs redoutent maintenant une montée de violence dans le pays. En 2013, après l’exécution de plusieurs autres dirigeants du même parti islamiste, des affrontements avec la police avaient causé la mort de 500 personnes.

    Le Bangladesh est déjà sous tension. Ces dernières semaines, six personnes, dont des défenseurs de la laïcité, ont été tuées à coups de machettes. Des attaques pour la plupart revendiquées par l’organisation Etat islamique et al-Qaïda mais le gouvernement bangladais tient Jamaat-e-Islami pour responsable. Accusation réfutée par le parti islamiste.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.