GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Octobre
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Visite historique d'Obama à Hiroshima

    media Le président américain Barack Obama lors de la conférence de presse du 6 mai 2016. à la Maison Blanche. REUTERS/Carlos Barria

    Barack Obama se rendra à Hiroshima le 27 mai prochain lors de son prochain voyage au Japon. Ce sera la première visite d’un président américain en exercice sur le site de l’explosion de la première bombe atomique lancée le 6 août 1945 provoquant la mort de 140 000 personnes. La Maison Blanche précise qu’il n’est pas question pour Barack Obama de présenter des excuses.

    Avec notre correspondante à Washington,  Anne-Marie Capomaccio

    Cette visite symbolique est préparée depuis des mois. Même si Barack Obama ne présente pas d’excuses lors de sa visite à Hiroshima, sa présence sur le site de la première bombe atomique risque d’être diversement appréciée aux Etats-Unis. D’après la Maison Blanche, le président américain prononcera un discours soulignant son engagement pour un monde sans arme nucléaire.

    En visite à Hiroshima le mois dernier, le secrétaire d’Etat John Kerry a ouvert la voie avec la bénédiction du président. L’exercice sera sans doute loué au plan international, mais il est périlleux en matière de politique intérieure pour Barack Obama qui quittera ses fonctions à la fin de l’année.

    → A (RE)LIRE : A Hiroshima, John Kerry réclame un «monde sans armes nucléaires»

    De leurs côtés, les républicains en campagne pour l’élection présidentielle ont depuis des mois critiqué « un président qui a affaibli l’Amérique en présentant des excuses ».

    Barack Obama doit peser ses mots pour ne pas offenser non plus les anciens combattants américains. Un récent sondage montrait que si la jeune génération regrette cet acte de guerre, les Américains de tous âges se rejoignent pour refuser l’idée d’excuses, concernant une décision qui a mis fin, pensent-ils, à la Seconde Guerre mondiale.
     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.