GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 23 Juillet
Lundi 24 Juillet
Mardi 25 Juillet
Mercredi 26 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 28 Juillet
Samedi 29 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: affrontements meurtriers lors de l’expulsion de membres d’une secte

    media Des membres du groupe sectaire après leur éviction du parc de Mathura, qu'ils occupaient illégalement depuis fin 2014. STR / AFP

    Dans le nord de l'Inde, l'évacuation d'un camp de résidents illégaux a tourné au drame. Vingt-quatre personnes sont mortes, dont deux policiers, dans la nuit de jeudi à vendredi, lorsque les agents ont cherché à évacuer le squat de 3000 membres d'une secte de type anarchiste. La police n'était pas préparée à une résistance aussi déterminée et violente.

    Avec notre correspondant à New Delhi,  Sébastien Farcis

    Les squatteurs et membres de la secte étaient prêts à tout pour défendre le parc de 113 hectares qu'ils occupaient illégalement depuis deux ans. Certains étaient perchés dans des arbres et n'ont pas hésité à tirer sur les policiers ou à leur jeter des bombes artisanales.

    Quand ils ont commencé à perdre la bataille, ils ont alors mis le feu à leurs baraquements, ce qui a fait exploser des bombonnes de gaz et leurs munitions. Une vingtaine de leurs membres sont ainsi morts dans cet incendie.

    Ce groupuscule du Swadhin Bharat Vidhik Satyagrah se veut révolutionnaire, communiste et anticolonial : son objectif est de mettre à bas la plupart des institutions indiennes, comme les postes de Premier ministre ou de président ainsi que le système parlementaire, car il est copié sur celui des anciens colons britanniques.

    Les membres du groupe sectaire envisagent également de remplacer la roupie par la « monnaie de la liberté », qui permettrait d'acheter 100 litres d'essence pour environ 1 centime d'euro. En attendant, plus de 120 personnes ont été arrêtées pour meurtre et émeutes, mais le chef de ce mystérieux groupe, lui, est toujours en liberté.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.