GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Bangladesh: opérations meurtrières de la police contre des islamistes

    media Selon les experts, la vague de répression qui vise l'opposition, dont le Jamaat-e-Islami, est à l'origine de la radicalisation d'un bon nombre d'opposants. AFP PHOTO/ Munir uz ZAMAN

    La police bangladaise a lancé ce mardi 7 juin plusieurs opérations meurtrières contre des islamistes soupçonnés d'avoir commis ces derniers mois une série de meurtres de membres de minorités religieuses et d'intellectuels.

    Les trois islamistes appartiennent au groupe Jamayetul Mujahideen Bangladesh. Cette organisation interdite depuis 2005 réclame l'instauration d'un Etat islamique au Bangladesh. Deux responsables du groupe ont été tués à Dacca, la capitale. Ils sont soupçonnés d'avoir joué un rôle dans la plupart des récentes attaques contre des minorités religieuses, dont l'explosion d'une bombe dans une mosquée chiite et le meurtre d'un professeur. Un autre membre de l'organisation a été tué dans une fusillade avec la police à Godagaro, dans le nord-ouest du pays.

    Ces opérations de police interviennent après une série de meurtres qui ont visé ces derniers mois des chrétiens, des hindous, des chiites, mais aussi des blogueurs et des intellectuels laïcs qui défendent la liberté d'expression. Le gouvernement de Sheikh Hasina impute ces assassinats à des islamistes bangladais proches du Jamaat-e-Islami, allié du principal parti d'opposition, le BNP (Parti nationaliste du Bangladesh).

    Selon les experts, la vague de répression qui vise l'opposition, dont le Jamaat-e-Islami, est à l'origine de la radicalisation d'un bon nombre d'opposants. La dernière victime est un prêtre hindou de 70 ans. Il est la onzième personne tuée en un peu plus de deux mois. Son corps pratiquement décapité a été retrouvé dans une rizière dans le village de Noldanga, dans l'ouest du pays.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.