GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie: l’ONU s’alarme de la situation des musulmans Rohingyas

    media Des femmes et des enfants Rohingyas reviennent d'un hôpital près du camp de réfugiés de Kutupalong, situé dans le district de Cox’s Bazar, au sud-est de la Birmanie. REUTERS/Rafiqur Rahman

    Les violations des droits de la minorité musulmane des Rogingyas en Birmanie pourraient être considérées comme des « crimes contre l’humanité », selon un rapport de l’Organisation des Nations unies (ONU) publié ce lundi 20 juin. Les Rohingyas sont une minorité de plus d’un million de personnes, dont plus de 100 000 s’entassent dans des camps de déplacés depuis des violences intercommunautaires en 2012. Selon les Nations unies, cette minorité souffre notamment de déni de citoyenneté, de travail forcé et de violences sexuelles.

    Le Haut Commissariat des droits de l’homme de l’ONU a rendu un rapport ce lundi 20 juin sur le traitement des minorités ethniques et religieuses en Birmanie. Il dénonce « une série de violations grossières des droits de l’homme contre les Rohingyas […] qui laisse supposer une attaque de grande ampleur ou systématique […] qui pourrait déboucher sur une possible accusation de crimes contre l’humanité devant un tribunal ».

    Les Rohingyas constituent une minorité de plus d’un million de personnes vivant en Birmanie. Il s’agit d’une des minorités les plus persécutées au monde. Certains d’entre eux sont installés dans le pays depuis des générations, mais ils restent considérés comme des immigrés illégaux du Bangladesh voisin.

    Dans l’Etat d’Arakan, situé dans l’ouest de la Birmanie, plus de 100 000 Rohingyas s’entassent toujours dans des camps de déplacés. En 2012, des violences intercommunautaires entre bouddhistes et musulmans ont fait plus de 200 victimes, notamment musulmanes.

    Des « atteintes aux droits de l’homme » contre d’autres minorités

    Le rapport de l’ONU souligne que les Rohingyas, apatrides, sont exclus du marché du travail, du système éducatif et de santé et soumis à des menaces pour leur vie et leur sécurité, au travail forcé, à la violence sexuelle. Les enfants rohingya ne reçoivent pas de certificat de naissance depuis les années 1990.

    Le rapport met aussi en exergue les « violations et atteintes aux droits de l’homme » visant d’autres minorités, comme les Shan et les Kachin qui sont en rébellion armée contre le pouvoir central. « Dans les Etats Kachin et Shan, où les combats se sont intensifiés, il existe des rapports faisant état de violations par toutes les parties au conflit », souligne le document. L’ONU met ainsi en garde contre le fait que « les violations du droit humanitaire international dans le contexte de divers conflits armés pourraient constituer des crimes de guerre ».

    Même le mot « rohingya » est tabou en Birmanie

    Le rapport du Haut Commissariat réclame une enquête globale sur la situation des minorités dans l’Etat d’Arakan et dans les autres zones de Birmanie, et « des enquêtes indépendantes sur les violations présumées du droit international des droits de l’homme et du droit humanitaire, y compris celles commises par des responsables de l’application des lois ».

    Début mars, l’ONU avait lancé un signal d’alarme concernant la minorité des Rohingyas, toujours contrainte de vivre dans des « conditions terribles » avec notamment des enfants mourant faute d’accès aux soins. 

    Mettre la pression sur Aung San Suu Kyi

    C'est donc une manière de mettre la pression sur la conseillère d'Etat Aung San Suu Kyi, qui évite soigneusement le sujet et qui ne semble pas avoir de programme pour faire respecter les droits des Rohingyas, rapporte notre correspondant à Rangoon, Rémy Favre

    Au niveau local, son Premier ministre dans l'Etat de l'Arakan a déjà indiqué qu'il ne serait pas possible de rapprocher les bouddhistes et les musulmans de sa région ces cinq prochaines années. A peine nommé, il a donc renoncé.

    Aung San Suu Kyi refuse d'ailleurs d'utiliser le mot « Rohingya », une appellation très controversée en Birmanie. Les extrémistes bouddhistes la réfutent. Pour eux, la minorité n'existe pas. En visite officielle jusqu'à ce dimanche en Birmanie, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault n'a pas non plus prononcé publiquement le terme « Rohingya », mais il l'a utilisé en privé avec son homologue birmane, Aung San Suu Kyi.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.