GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 15 Avril
Mardi 16 Avril
Mercredi 17 Avril
Jeudi 18 Avril
Aujourd'hui
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Corée du Sud: une loi anti-corruption sème la panique

    media Les restaurateurs, les grands magasins, les marchands de fleurs s’estiment menacés et demandent d’augmenter le montant maximum autorisé pour les cadeaux faits dans le milieu des affaires. Séoul, juillet 2015, dans le quartier d'Itaewon. Photographer: Woohae Cho/Bloomberg via Getty Images

    En Corée du Sud, des pans entiers de l’économie se sentent menacés par une nouvelle loi anti-corruption particulièrement stricte. Le patronat s’insurge et brandit une étude qui affirme que la loi coûtera à l’économie quelques 9,5 milliards de dollars dès l’année prochaine. La panique qui saisit certains acteurs de l’économie en dit long sur les pratiques d’échanges de petites faveurs profondément ancrées en Corée du Sud.

    La loi a été surnommée Kim Yong-ran, du nom de la présidente de la commission anti-corruption qui en a écrit la première version. La loi a été votée l’année dernière, sous la pression de l’opinion publique : le terrible naufrage du ferry Sewol il y a deux ans – plus de 300 morts, en majorité des lycéens – avait notamment été rendu possible par la corruption des autorités de contrôle. Elle entrera en vigueur fin septembre et interdira à une entreprise de faire un cadeau de plus de 40 euros à tout fonctionnaire, professeur ou journaliste. Et même d’offrir un repas au restaurant de plus de 23 euros. Des peines de prisons sont prévues pour les contrevenants.

    Petits arrangements coréens

    Cette loi représente une véritable révolution dans la façon de faire des affaires en Corée du Sud où faveurs et petits arrangements s’obtiennent parfois en échange de repas luxueux, de voyages tous frais payés, ou de parties de golf. La Corée du Sud se classe 37e sur 168 pays au classement de perception de la corruption, établi par l’ONG Transparency International. Mais elle est en queue de peloton parmi les pays de l’OCDE.

    La crainte d'une perte d'activité économique

    La loi provoque une véritable levée de boucliers du côté de tous ceux qui profitent de ces pratiques de petits cadeaux. Par exemple, l’association des éleveurs de bœuf coréen ou « hanwoo » s’inquiète : les caisses de bœuf à plusieurs centaines d’euros pièce sont l’un des cadeaux les plus prisés des entreprises, notamment lors des fêtes traditionnelles. Les restaurateurs, les grands magasins, les golfs, les marchands de fleurs s’estiment menacés et demandent d’augmenter le montant maximum autorisé pour ces cadeaux. Selon un institut de recherche de l’association des conglomérats coréens, si la loi entre en vigueur, elle coûtera à l’économie 9,53 milliards de dollars l’année prochaine !

    Même la présidente Park Geun-hye est venue à la rescousse des patrons : elle a déclaré que la nouvelle loi pourrait avoir un impact négatif sur l’économie ! Notons au passage que les députés ne sont pas visés par la mesure : ils se sont prudemment exclus de son champ d’application. La loi entrera en vigueur comme prévu le 28 septembre, même si elle est en cours de révision par la Cour constitutionnelle, après que des associations – notamment des journalistes – ont porté plainte.

    Assainir les pratiques, une urgence pour de nombreux Coréens

    Toutes ces résistances exaspèrent de nombreux Coréens : « beaucoup de travailleurs sont en colère contre les milieux des affaires et les médias conservateurs, qui tentent de limiter les effets de la loi », observe ainsi le quotidien Korea Times, qui se demande si « la société coréenne est si pourrie qu’elle ne peut fonctionner normalement sans corruption ». Beaucoup espèrent que la mesure permettra d’assainir les pratiques actuelles et de faire des économies aux entreprises. Uneétude de l’Institut de Recherche économique Hyundai a ainsi estimé que si la Corée du Sud atteignait le niveau moyen de l’OCDE en matière de transparence, son PIB augmenterait de 0,65%...

    ■ Pour en savoir plus

    - sur la loi elle-même
    - et sur les protestations
    , sur le calendrier d'application de la loi, sur la colère des commerçants et agriculteurs

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.