GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 24 Novembre
Samedi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie: les bouddhistes manifestent contre des droits accordés aux Rohingyas

    media Les manifestants affirment qu’il était inacceptable que des droits soient reconnus au musulmans dans un Etat bouddhiste. Sittwe, dans l'Etat de Rakhine, le 3 juillet 2016. WIN MOE / AFP

    En Birmanie, des milliers de bouddhistes, dont des moines, sont sortis ce dimanche dans les rues pour protester contre une décision du gouvernement de reconnaître la communauté musulmane dans cette région. Les tensions religieuses sont montées d'un cran ces derniers jours, en témoigne le saccage de deux mosquées par des groupes extrémistes bouddhistes.

    C'est dans l'Etat Rakhine dans l'ouest de la Birmanie que les tensions sont les plus vives, car c'est là-bas qu'est concentrée la plus grande communauté musulmane dans le pays, les Rohingyas. Une minorité persécutée, aux droits bafoués, considérée par les bouddhistes comme une immigration illégale du Bangladesh voisin.

    Il y a deux jours, une foule incontrôlable a mis à sac une mosquée avant de mettre le feu à la salle de prière dans une ville minière dans l'Etat Kachin. Huit jours plus tôt, des dizaines de villageois bouddhistes ont saccagé une mosquée et une école musulmane d'un village dans le centre du pays.

    Ces violences et les manifestations de ce dimanche à Sittwe, la capitale de l'Etat Rakhine, interviennent après l'annonce du nouveau gouvernement civil d'Aung San Suu Kyi de désigner les Rohingyas comme les « communautés musulmanes en Etat Rakhine ». Une façon de reconnaître la légitimité de cette minorité. Mais cette décision est jugée inacceptable par les nationalistes bouddhistes qui refusent tout compromis.

    Dans un récent rapport, l'ONU s'est inquiétée des violations des droits des Rohingyas en Birmanie et a énuméré le déni de citoyenneté, le travail forcé et des violences sexuelles, qui pourraient être considérés comme des « crimes contre l'humanité ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.