GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Mer de Chine méridionale: Pékin montre ses muscles avant l’arbitrage de La Haye

    media Un navire de garde-côtes chinois en mer de Chine méridionale. Image d'illustration. REUTERS/Nguyen Minh

    L'armée chinoise vient de commencer des exercices militaires d'envergure dans la mer de Chine méridionale, entre l'île d’Hainan et celles de Paracels. Une opération perçue comme une tentative d'intimidation, notamment vis-à-vis des Philippines, qui réclament la reconnaissance de leur souveraineté sur plusieurs ilots de la zone. Manille a porté l'affaire devant la cour d'arbitrage de l'ONU et la décision de ce tribunal doit justement être annoncée mardi. La Chine a cependant déjà déclaré qu'elle n'en tiendrait pas compte.

    Décollage d'avions de chasse, tirs de missiles réels et déploiement de navires de guerre, la Chine gonfle ses muscles dans cette mer si disputée. Pour Pékin, ceci n'est qu'un simple « exercice de routine », mais en le réalisant à quelques jours de la décision de la cour d'arbitrage, le message lancé est clair : Pékin saura exercer sa souveraineté sur cette mer de Chine méridionale, même si l'ONU ne lui en reconnaît pas le droit.

    La Chine n'a, de fait, jamais reconnu la légitimité de cette cour de La Haye et a déjà déclaré qu'elle ne se plierait pas au verdict de mardi prochain. Les Philippines ont lancé cette procédure d'arbitrage en 2013 pour demander le respect du droit international face aux nombreuses incursions chinoises sur les ilots situés entre les deux pays et inclus dans la Zone économique exclusive de Manille.

    Le nouveau président philippin vient toutefois de déclarer qu'il était prêt à partager les ressources naturelles de la zone. Pékin, de son côté, cherche à négocier de manière bilatérale avec les différents pays qui se sentent menacés par ses revendications, tels que le Vietnam, la Malaisie ou Brunei.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.