GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 11 Octobre
Vendredi 12 Octobre
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: quand l'application Snapchat libère la parole des victimes de viols

    media Des manifestants protestant contre la libération d'un des auteurs du viol collectif et du meutre Jyoti Singh, le 20 décembre 2015 à New Delhi. REUTERS/Adnan Abidi

    En Inde, l’application Snapchat permet d’aider les victimes de viols. Elle permet d'enregistrer leurs témoignages sur leur propre portable, et surtout d'utiliser des filtres originaux pour se voiler le visage. L'anonymat est respecté et le message reste percutant.

    Avec notre correspondant à New Delhi, Sébastien Farcis

    Les témoignages sont édifiants. L'une a été violée à l'âge de 5 ans, l'autre enfermée dans une chambre pendant des jours, exploitée et torturée. De manière exceptionnelle, ces jeunes femmes acceptent de parler de leur calvaire face à une caméra.

    Ces jeunes femmes témoignent, car leur visage est recouvert d'un filtre fourni par l'application mobile Snapchat. Une victime s'exprime ainsi en portant un masque virtuel de dragon rouge, qui suit ses mouvements. Les yeux expriment sa détresse, mais le reste de son visage est recouvert pour garantir son anonymat.

    Capture d'écran de l'application Snapchat, montrant l'un des filtres utilisables, le 17 juillet 2016. DR


    Préserver l’identité

    Yusuf Omar, le responsable des éditions mobiles pour le quotidien Hindustan Times, explique qu'il a créé ce procédé pour permettre aux victimes de se sentir plus en confiance. Elles utilisent elles-mêmes la caméra frontale du téléphone et peuvent ainsi vérifier que leur identité est préservée.

    La parole des victimes d'agressions sexuelles commence à peine à se libérer en Inde, depuis le viol collectif de décembre 2012, qui avait coûté la vie à une étudiante provoquant une vague inédite de manifestations et un débat national sur ce fléau.

    Cependant, cette émancipation se limite aux villes, qui ne concentrent qu'un tiers de la population. Dans les campagnes, les femmes agressées doivent généralement se taire par peur de représailles ou pour préserver l'honneur de la famille. 

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.