GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
Samedi 20 Juillet
Dimanche 21 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 23 Juillet
Mercredi 24 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Népal: démission du Premier ministre avant une motion de censure

    media Le Premier ministre népalais Khadga Prasad Oli présente sa démission devant le Parlement ce 24 juillet 2016 à Katmandou. REUTERS/Navesh Chitrakar

    Le Népal est à nouveau dans la tourmente après la démission de son Premier ministre, quelques instants avant le vote d'une motion de censure au Parlement qui allait certainement précipiter sa chute. Ses alliés l'accusent d'avoir trahi ses promesses de partager le pouvoir. Une énième crise politique qui paralyse un peu plus ce petit Etat himalayen, frappé par un des pires séismes de son histoire l'année dernière.

    Avec notre correspondant régional, Antoine Guinard

    Khadga Prasad Oli ne sera resté que neuf mois au pouvoir à Katmandou. Un scénario devenu presque banal au Népal. Les anciens rebelles maoïstes qui l'avaient porté au pouvoir lui reprochent entre autres de ne pas avoir pris en compte les demandes de la communauté minoritaire Madhesi qui vit dans le sud du pays à la frontière indienne.

    Les membres de cette même communauté avaient participé en décembre dernier à de violentes manifestations qui avaient fait une cinquantaine de morts. Les Madhesis contestent la nouvelle Constitution républicaine adoptée en septembre, affirmant que la création de nouveaux Etats fédéraux fragmente leur région natale et dilue ainsi leur pouvoir politique.

    M. Oli est également accusé de n'avoir pas fait assez pour la reconstruction du pays, après le séisme qui a fait plus de 8 000 morts en avril 2015. L'ancien chef de la guérilla maoïste Prachanda, qui avait été élu Premier ministre en 2008 après des années d'une sanglante guerre civile et l'abolition de la monarchie, devrait assurer l'intérim.

    Pris en étau entre l'Inde et la Chine, le Népal est le théâtre de querelles politiques incessantes depuis 25 ans. Pendant cette période, le pays a vu se former pas moins de 22 gouvernements.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.