GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 9 Novembre
Samedi 10 Novembre
Dimanche 11 Novembre
Lundi 12 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Népal: un ancien chef rebelle maoïste élu Premier ministre

    media Pushpa Kamal Dahal, le Premier ministre nouvellement élu du Népal, le 3 août à Katmandou, la capitale. REUTERS/Navesh Chitrakar

    L'ancien rebelle maoïste Pushpa Kamal Dahal a été élu Premier ministre du Népal par le Parlement ce mercredi 3 août. Son élection était sans surprise puisqu'il était le seul candidat après la démission de son prédécesseur le 23 juillet dernier. Mais l'instabilité politique continue de miner le pays et les défis à relever sont nombreux pour le nouveau chef du gouvernement.

    Pushpa Kamal Dahal est de retour aux affaires. L'ancien rebelle maoïste avait été le premier Premier ministre élu du Népal en 2008 à l'abolition de la monarchie, après plus de dix ans de guerre civile. Cette époque lui avait valu le surnom de « Prachanda », « le féroce ».

    Il succède à Khadga Prasad Oli, qui a démissionné juste avant le dépôt d'une motion de censure à son encontre. Celle-ci avait été déposée par les anciens rebelles maoïstes qui ont quitté la coalition gouvernementale il y a plus de trois semaines. Le pays, qui n'a jamais trouvé de stabilité politique depuis l'avènement de la démocratie, se remet par ailleurs difficilement du séisme meurtrier de l'année dernière.

    Nombreux défis à relever

    Parmi les nombreux défis qui attendent le nouveau chef du gouvernement, Pushpa Kamal Dhal devra assurer la continuité et la transparence de la reconstruction du pays. Il lui faudra également mener le processus de paix et de justice transitionnelle à son terme.

    Il devra enfin trouver un accord avec les minorités ethniques sur la nouvelle Constitution qui est en discussion depuis des mois. Notamment avec le peuple madhesi, qui demande une modification des frontières régionales. La crise avec cette population du sud du pays dure depuis presqu'un an, rythmée par de nombreuses manifestations et affrontements qui ont fait plusieurs dizaines de morts.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.