GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 24 Novembre
Samedi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Russie: le Français Yoann Barbereau aux prises avec la justice

    media Yoann Barbereau en octobre 2013, à Irkoutsk. FAMILY HANDOUT / AFP

    Le directeur de l'Alliance française d'Irkoutsk (Sibérie) Yoann Barbereau est actuellement en procès en Russie pour actes à caractère sexuel présumés sur mineur. Sa famille dénonce une « mascarade » et appelle les autorités françaises à réagir.

    Au centre du procès, une photo. Celle de Yoann Barbereau nu avec sa fille de cinq ans au sortir de la douche. Une image qui n’a rien de sexuel, a plaidé sa famille devant la justice russe la semaine dernière. Le Nantais de 38 ans est accusé de l’avoir mise en ligne, comme quelques autres photos pornographiques de lui et de son épouse. Ce qu’il nie catégoriquement. Les photos existent, mais selon sa famille, il aurait été victime d’un piratage informatique, d’un coup monté dont les raisons restent inconnues, dénonce son père, Bernard Barbereau, de retour de Russie.

    « On est plus qu’inquiet oui, on est angoissé, témoigne-t-il. Si la justice suit son cours si on peut dire et je dis ça de manière très ironique, le pire est le plus probable : l’accusation de pédophilie. Il encourt vingt ans de prison pour ce chef d’accusation. Et c’est celui qui est le plus difficile à démonter. Comme il dit lui-même, il ne se laissera pas condamner en silence. Il en appelle aux autorités françaises à le défendre évidemment mais même à protester publiquement auprès des autorités russes. »

    Selon Bernard Barbereau, sa petite-fille aurait été forcée par les enquêteurs russes d'admettre des attouchements dont elle n'a jamais été victime. D'ailleurs, le 10 août dernier devant le tribunal, une vidéo de la fillette, accompagnée de sa mère, a été diffusée. Une séquence dans laquelle l'enfant dément tout geste à caractère sexuel de la part de son père.

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.