GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Inde: l'armée cible à nouveau des séparatistes réfugiés en Birmanie

    media La police de l'Etat du Nagaland, situé au nord-est de l'Inde. AFP PHOTO/ Manjunath KIRAN

    Un commando de paramilitaires indiens aurait fait une incursion en territoire birman le 19 août dans une opération qui ciblait un groupe armé séparatiste de l'Etat indien du Nagaland, dans le nord-est du pays. L'armée indienne est soupçonnée de franchir régulièrement la frontière birmane afin de mater la rébellion dans cette région, même s'il est rare que ces raids soient rendus publics.

    Avec notre correspondant à New Delhi, Antoine Guinard

    Une trentaine de paramilitaires indiens ont passé la frontière dans la nuit du 18 au 19 août, avant de combattre pendant plusieurs heures sur le sol birman les rebelles du Conseil national socialiste du Nagaland (CNSN). Plusieurs grands quotidiens indiens l'affirment ce dimanche 21 août, dont The Indian Express, qui cite des sources haut placées au sein du gouvernement indien.

    L'armée indienne a nié que l'opération ait eu lieu en Birmanie et que, comme l'affirme le CNSN, cinq à six militaires indiens aient été tués dans la fusillade. Selon un porte-parole de l'armée, les soldats du 12e régiment de parachutistes ont attaqué les rebelles sur le sol indien, le long d'une route d'infiltration connue près de la frontière.

    Base arrière idéale

    Bordé par la Birmanie à l'est, l'Etat indien du Nagaland abrite une myriade de groupes armés séparatistes, lesquels ont accès à une base arrière idéale en franchissant la frontière. L'armée indienne fait de même depuis des décennies, menant des opérations éclair afin de faire pression sur les rebelles.

    Yangon (ou Rangoon) ferme généralement les yeux et collabore même étroitement depuis 2010 avec New Delhi dans la lutte contre le terrorisme dans la région. L'année dernière, une incursion indienne en territoire birman contre deux groupes armés avait fait la Une des médias. Elle avait été provoquée par la mort de 18 soldats indiens, tués dans une embuscade quelques jours auparavant.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.