GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 15 Novembre
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Aujourd'hui
Mercredi 20 Novembre
Jeudi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Australie: une société de sécurité renonce au business des camps de migrants

    media Sur la minuscule île de Nauru, dans le Pacifique, se trouvent des camps de rétention où l'Australie relègue ses demandeurs d'asile. Photo: Wikimédia

    En Australie, Wilson Security abandonne le business de la surveillance des migrants. La société de sécurité privée fait la police dans les centres de rétention ouverts par le gouvernement australien dans plusieurs îles du Pacifique. Mais, elle l'a annoncé cette semaine, elle ne renouvellera pas son contrat. Depuis des mois, Wilson Security est mise en cause dans un scandale de maltraitances, d'abus et de violences sur les demandeurs d'asile et les réfugiés.

    Avec notre correspondante à Melbourne, Caroline Lafargue

    Surveiller les migrants, « cela ne correspond plus aux priorités stratégiques de long terme de Wilson Security », c'est ainsi que l'entreprise justifie son retrait. En réalité, Wilson est accusée de bavures dans les centres de rétention de Manus, en Papouasie Nouvelle-Guinée, et de Nauru, une minuscule République du Pacifique. Environ 2 000 migrants arrivés par bateau y sont enfermés depuis trois ans.

    En août 2016, le quotidien The Guardian Australia a mis en ligne plus de 2 000 rapports d'incidents dans ces centres, rédigés par des employés. D'après ces documents, des gardiens de Wilson à Nauru auraient agressé sexuellement un jeune migrant, tenté d'en étouffer un autre ou encore pointé une torche sur les parties intimes d'une petite fille. Wilson Security aurait ainsi oublié de rapporter seize incidents à une commission d'enquête menée par le Sénat australien. La société nie toujours ces accusations.

    Autre scandale, à Manus cette fois-ci: trois gardiens sont accusés d'avoir drogué et violé une employée papoue dans le centre de rétention. Ils ont échappé à la justice, car Wilson les a rapatriés en Australie. La société, ira quand même jusqu'au bout de son contrat, qui finira dans treize mois. Wilson est aussi opérateur de parkings dans les grandes villes australiennes. Les défenseurs des migrants organisent régulièrement des actions de blocage des parkings Wilson, la dernière a eu lieu à Melbourne, ce samedi 3 septembre.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.