GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Vendredi 16 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 18 Novembre
Lundi 19 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Priyanka Yoshikawa, une Miss Japon d'origine indienne

    media Priyanka Yoshikawa, née à Tokyo d'un père indien et d'une mère japonaise, représentera le Japon au concours Miss Monde 2016. AFP/Toru Yamanaka

    Un an après le sacre controversé d'une métisse noire, une Japonaise d'origine indienne a été sacrée Miss Japon lundi 5 septembre. Priyanka Yoshikawa, née d'un père indien et d'une mère japonaise, représentera le Japon pour le titre de Miss Univers 2016 en décembre prochain à Washington. Son élection est considérée comme une petite victoire contre les préjugés raciaux dans un Japon encore très peu ouvert à la diversité.

    Avec notre correspondant à Tokyo, Frédéric Charles

    Priyanka Yoshikawa, la nouvelle Miss Japon, est à moitié indienne. Elle a de grands yeux noirs, la taille d’un mannequin même si elle ne l’est pas - elle est dresseuse d’éléphants - et pratique aussi le kick-boxing.

    L’an dernier, déjà, Ariana Miyamoto, née d’un père afro-américain, était devenue la première Miss métisse de toute l’histoire du Japon. Son élection avait alors entraîné des commentaires racistes. Elle avait été étiquetée « hafu », un terme péjoratif dérivé de l'anglais « half » (« moitié »), pour appeler des personnes à demi japonaises.

    Peu de mariages mixtes

    Cette fois-ci, le choix d’une Miss Japon à moitié indienne ne suscite pas, pour le moment, de moqueries de la part des obsédés du mythe de la pureté raciale, preuve que le Japon devient plus tolérant. Les enfants de mariage mixte ne représentent encore que 2% des naissances annuelles dans le pays.

    « Ariana Miyamoto, la Miss Japon noire, nous a donné du courage à moi et aux autres jeunes filles métisses, confie à l’AFP Priyanka Yoshikawa, 22 ans. Quand j’avais dix ans, on me traitait comme si j’étais un microbe ». Aujourd’hui, cette dresseuse d’éléphants, qui a un diplôme, veut conquérir le titre de Miss Univers.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.