GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 14 Septembre
Samedi 15 Septembre
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Offensive des talibans afghans à Tarin Kot, de violents combats en cours

    media Check-point situé sur la route reliant Kandahar, au sud, et Tarin Kot, au nord. Afghanistan, le 1er mai 2016. RATEB NOORI / AFP

    Des insurgés sont entrés ce jeudi 8 septembre dans la ville de Tarin Kot, chef-lieu de la province d'Uruzgan, dans le sud de l'Afghanistan. Selon des témoignages locaux, les talibans tenteraient de s'emparer du siège local de la police et du renseignement. Les autorités craignent qu'ils ne tentent aussi de libérer des prisonniers. De violents combats se sont engagés.

    Alors que l'armée afghane est dispersée actuellement, face aux risques de percées talibanes à Lashkar Gah, capitale de la province du Helmand, ou encore à Kunduz, capitale de la province du même nom, des insurgés afghans sont entrés ce jeudi dans Tarin Kot, chef-lieu de la province d'Uruzgan.

    « Les talibans sont entrés dans la ville et combattent pour s'emparer du siège de la police et celui du NDS (agence de renseignement, NDLR) et nous craignons qu'ils ne prennent d'assaut la prison pour libérer des insurgés captifs », relate Haji Bari Daad, un responsable tribal de Tarin Kot, via l'Agence France-Presse.

    La ville est assiégée par les insurgés talibans

    Les autorités locales ont demandé un soutien aérien d'urgence à Kaboul, ainsi que des renforts. Sans ces renforts, « la ville va tomber », certifie le chef du conseil provincial de l'Uruzgan, toujours via l'AFP. Karim Khademzai ajoute que les habitants sont coincés, la ville étant encerclée par les insurgés. « Les rues sont vides et les magasins fermés », décrit-il.

    Sur les réseaux sociaux, alors qu'ils s'approchaient de Tarin Kot, les talibans avaient promis de faire montre d'indulgence envers les soldats gouvernementaux qui se rendraient sans condition. Le porte-parole du ministère de la Défense, Mohammad Radmanish, avait réagi mercredi, dénonçant une « campagne de propagande », et affirmant que l'attaque rebelle serait repoussée des faubourgs de la ville.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.