GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La cour d'assises ordonne le renvoi du procès de Georges Tron «à une session ultérieure»
    • Collision de Millas: le pronostic vital de six victimes encore engagé (procureur)
    • Trois Palestiniens tués par des tirs israéliens dans les Territoires
    • Pays-Bas: la police militaire tire sur un homme armé d'un couteau à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol (police)
    Amériques

    Afghanistan: le Pentagone révèle l'échec d'un raid pour libérer deux otages

    media Des policiers afghans patrouillent à Kaboul après l'attaque contre l'université américaine de la capitale. REUTERS/Mohammad Ismail

    Les Etats-Unis ont lancé un raid le mois dernier, pour tenter de libérer deux otages en Afghanistan. Cette opération qui a échoué a été révélée hier par le Pentagone, qui donne peu de détails sur l'opération.

    Avec notre correspondante à WashingtonAnne-Marie Capomaccio

    Ce sont les forces spéciales américaines, soutenus par des rangers, qui ont tenté ce raid dans l'est de l'Afghanistan. L'opération devait libérer deux otages, deux enseignants de l'Université américaine de Kaboul, un citoyen australien et un américain.

    Deux professeurs qui ont été enlevés par un commando taliban le 7 aout dernier, alors qu'ils circulaient dans la zone du campus. Une zone pourtant protégée. C'est cette université qui a été attaquée le 25 août dernier. Un assaut terroriste qui a duré une journée et entrainé la mort de 16 personnes.

    Le Pentagone attribue cet enlèvement au groupe qui détenait le sergent Bowe Bergdhal, libéré en 2014 lors d'un échange avec des prisonniers de Guantanamo.

    L'opération de sauvetage avait été autorisée par Barack Obama. Mais lorsque les forces spéciales sont arrivées sur le lieu présumé de détention, les otages n'étaient plus là. Le Pentagone estime que les professeurs ont été déplacés quelques heures avant l'arrivée du commando.

    Des échanges de tirs ont eu lieu, des talibans ont été tués mais d'après le porte-parole de la défense, aucun américain n'a été touché.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.