GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 24 Novembre
Samedi 25 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Nouveau cri d’alarme des Etats océaniens face au réchauffement climatique

    media Les îles Marshall sont menacées par la montée des eaux due au réchauffement climatique. (Source : Greenpeace / S. Morgan)

    Plusieurs dirigeants du Pacifique ont lancé un nouvel appel à l'aide internationale face aux périls du réchauffement climatique, samedi 10 septembre à Palikir, en Micronésie, au dernier jour de leur sommet annuel.

    En décembre dernier à Paris, 195 pays s'engageaient à limiter le réchauffement climatique. Mais cela va trop lentement et les solutions sont insuffisantes pour les Etats les plus touchés, ceux du Forum des Iles du Pacifique, composé de seize pays indépendants et également de la Polynésie française et de la Nouvelle-Calédonie.

    Les chefs d'Etat océaniens réunis en sommet ont lancé un nouveau cri d’alarme. Certaines îles ont déjà disparu en raison de la montée des eaux. « La mer ronge les terres. Le paysage change vite », a averti le chef du gouvernement des îles Cook, Henry Puna. Il demande un accès simplifié au Fonds vert pour le climat, un mécanisme de l'ONU qui doit permettre d'aider les pays en développement à lutter contre le réchauffement climatique.

    Les procédures restent très complexes pour de petits pays qui manquent de ressources humaines pour accéder à ce fonds. Le réchauffement climatique va continuer de s'aggraver, a mis en garde le Premier ministre des Samoa, Sailele Malielegaoi. « Il y a une chose dont nous sommes certains, c'est qu'il y aura des cyclones de plus en plus fréquents, assure-t-il. Les habitations doivent disposer de réserves d'eau, d'énergie et d'internet, parce que quand la catastrophe arrive, vous avez besoin de communiquer. »

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.