GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Lundi 19 Août
Aujourd'hui
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: signature d’un accord de paix avec le «boucher de Kaboul»

    media Mohammad Amin Karim (d), le représentant de Gulduddin Hekmatyar, et Sayed Admad Gilani, président du Haut Conseil de paix, durant leur discours après la signature de l'accord de paix, ce jeudi 22 septembre 2016, à Kaboul. REUTERS/Omar Sobhani

    En Afghanistan, le gouvernement a signé ce jeudi 22 septembre un accord de paix avec Gulbuddin Hekmatyar, un ancien criminel surnommé le « boucher de Kaboul ». L'accord permet à cet ancien chef de guerre d'obtenir une immunité juridique, ce qui provoque de vives réactions d'ONG comme celle, notamment, de Human Rights Watch qui dénonce une culture de l'impunité. Dans la capitale afghane les réactions sont partagées.

    Avec notre correspondante à Kaboul,  Sonia Ghezali

    La cérémonie a duré près d’une heure au ministère de l'Intérieur après l'hymne national. Les représentants du Haut Conseil pour la paix et du chef de guerre Gulbuddin Hekmatyar ont tour à tour pris la parole pour se féliciter avant de parapher le texte.

    Vingt-cinq points ont été négociés âprement. Ces deux dernières années
    Gulbuddin Hekmatyar obtient l'immunité juridique, il ne sera donc pas jugé pour la mort de milliers de civils durant le siège de la capitale afghane en pleine guerre il y a 24 ans. De cette époque, il garde deux surnoms : le « Boucher de Kaboul » mais aussi le « Roquetteyar », pour les nombreuses roquettes que ses hommes lançaient alors sur la capitale. L'un des pires criminels de guerre afghans a aussi obtenu la garantie que plusieurs de ses hommes soient libérés de prison.

    Celui qui fut un temps l'allié des talibans puis d'al-Qaïda pourrait aussi faire son retour en politique. Dans un tweet, le vice-président Abdullah Abdullah s'est félicité de ce nouveau pas vers la paix appelant les talibans à leur tour à choisir « la paix plutôt que la violence ».

    Si l'accord est aussi salué par Washington, Human Rights Watch (HRW) dénonce un texte qui conforte la culture d'impunité dans le pays.

    Archive à (re) lire → Interview exclusive de Gulbuddin Hekmatyar, le leader du Hezb-e islami en Afghanistan

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.