GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Moyen-Orient

    Arabie saoudite: des femmes veulent en finir avec le tutorat masculin

    media Des Saoudiennes à Riyad, capitale de l'Arabie saoudite, en juin 2011. AFP/ Awad

    Des Saoudiennes ont lancé depuis juin dernier une campagne sur les réseaux sociaux. Elles réclament la révision de la législation en faveur des femmes, et notamment l’abolition du tutorat masculin.

    De notre correspondante à Riyad,

    Etant donné que les manifestations dans les rues sont proscrites dans le royaume, des Saoudiennes féministes ont trouvé la seule fenêtre qui leur est offerte pour revendiquer et communiquer : les réseaux sociaux. Mais on peut aussi lire des inscriptions ou graffitis sur les murs dans certains quartiers de Riyad ou de Jeddah.

    Depuis trois mois, ces Saoudiennes militantes tentent ainsi d'obtenir l'abolition du tutorat masculin. Parce qu’en Arabie saoudite, les femmes ne possèdent aucune existence légale. Pour voyager, travailler, se marier, accéder aux soins de santé, ces Saoudiennes doivent demander l'autorisation au mahrâm, le tuteur masculin.

    Ce dernier peut être le père, le mari, le frère, l'oncle ou le fils lorsque la mère devient veuve. Autrement dit, l'enfant que toutes ces femmes ont mis au monde, quel que soit son âge, a un droit de vie et de mort sur elles et sur ses sœurs. Insupportable pour toutes ces Saoudiennes adultes considérées par le gouvernement saoudien comme des « mineures à vie ».

    Soutenues par des hommes

    Comparativement aux précédentes campagnes menées par des militantes au droit de conduire ces dernières années, les hommes soutiennent ce mouvement. C’est une démarche inédite. Jusque-là, les Saoudiens étaient plutôt discrets, notamment lors de la campagne pour le droit de conduire Women2Drive. Mais cette fois, ils n’hésitent pas à s’exposer pour défendre la cause.

    Certes, ils ne sont pas nombreux, mais ils existent et ils sont déterminés. Ils sont avocats, défenseurs des droits de l'homme, ou Saoudiens anonymes ; un mari, un fils, un frère... Tous portent un regard très critique sur leur société. Ils le reconnaissent unanimement : « Tant que la femme ne pourra pas jouir pleinement de ses droits naturels, on restera à la traîne des nations développées. »

    Une pétition envoyée au roi Salman

    La plupart de ces femmes rêvent d’être enfin considérées comme des personnes majeures. L’Arabie saoudite est actuellement en pleine mutation sur un plan économique. C’est un pays qui traverse une crise à cause de la baisse du prix du baril de pétrole. Donc, les autorités saoudiennes sont en train de mettre en place une nouvelle politique.

    Le vice-prince héritier, Mohammed bin Salman, a présenté en avril dernier le plan « Vision 2030 », ou « vision pour l'avenir », dans lequel il est question des femmes qui devraient jouer un rôle actif dans la société dans les prochaines années.

    Force est de constater que dans la réalité, tant que les femmes dans ce pays ne disposeront pas de leurs droits fondamentaux, elles ne pourront pas réaliser leur propre vision d'avenir. C'est la raison pour laquelle elles demandent que leur statut change (et vite). Une pétition qui a obtenu près de 15 000 signatures a été envoyée par courriel au roi Salman. Elles attendent désormais une réponse, un geste royal.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.