GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Lundi 21 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 23 Octobre
Jeudi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Après son incursion au Pakistan, l’Inde évacue des villages sur la frontière

    media Les forces de sécurité indiennes à la frontière pakistanaise dans la ville de Srinagar, au Cachemire, le 27 août dernier. REUTERS/Danish Ismail

    La tension est très forte entre l'Inde et le Pakistan, un peu plus de 24 heures après l'opération commando menée par New Delhi sur le territoire de son voisin. L'Inde affirme avoir tué de nombreux terroristes, qui auraient été prêts à traverser la frontière pour attaquer son territoire. Islamabad reconnaît que deux de ses soldats ont été tués, mais continue à nier que des soldats indiens ont réussi à pénétrer sur son territoire. En attendant, l'Inde a commencé à évacuer les populations qui se trouvent le long de la frontière commune, par crainte d'une réplique pakistanaise.

    Avec notre correspondant à New DelhiSébastien Farcis

    Des camions remplis de lits, d'armoires ou de valises, des enfants qui montent dedans, le regard perdu. Des milliers de civils des campagnes du Pendjab et du Cachemire indien ont entamé dès jeudi après-midi un exode préventif : les autorités veulent vider les villages situés à moins de 10 km de la frontière avec le Pakistan.

    Ceci au cas où Islamabad déciderait de bombarder cette zone afin de répliquer à l'opération commando indienne de jeudi matin. Certains villageois pourront aller vivre chez des proches. Pour les autres, le gouvernement est en train d'aménager des espaces publics afin d'établir des camps temporaires.

    Les paysans étaient les plus réticents, surtout au Pendjab, le grenier agricole du pays, car ils ne veulent pas manquer la récolte du riz qui doit commencer dans 10 jours. Certains ont déjà annoncé qu'ils reviendraient à ce moment, quoiqu'il arrive, pour s'occuper de leurs champs.

    Le Premier ministre pakistanais Nawaz Sharif a convoqué son Conseil des ministres vendredi, avec à l'ordre du jour les tensions dans cette région que les deux frères ennemis se disputent depuis près de 70 ans, et qui traverse depuis juillet un regain de tension.

    → À relire : Le Cachemire, l'histoire d'un territoire déchiré en 12 dates

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.