GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
Samedi 19 Octobre
Dimanche 20 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 22 Octobre
Mercredi 23 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie: répression et crise humanitaire dans l'Etat d'Arakan

    media La police birmane procède à des patrouilles dans l'ouest du pays. REUTERS/Stringer

    La répression se poursuit dans l’Etat d’Arakan en Birmanie. 15 000 personnes ont été déplacées depuis la prise de contrôle par l’armée d’une zone à la frontière avec le Bangladesh. Des milliers d’autres sont toujours sous le feu des militaires qui accusent certains membres de la minorité musulmane rohingyas d’avoir attaqué des postes de police début octobre. 31 personnes ont été tuées selon les autorités. L’ONU demande à ce que soit mené des « enquêtes appropriées » sur ces exactions.

    L’armée bombarde l’Etat d’Arakan. Les rapports font état de maisons et de mosquées incendiées, les Nations unies ont tiré la sonnette d’alarme et ce sont désormais les ONG qui prennent le relais. Pour nombre d’entre elles le nombre des morts et les blessés dépassent largement les bilans officiels.

    « La répression qui est menée aujourd’hui est extrêmement violente. En plus les militaires bloquent complètement l’accès humanitaire, donc on a 50 000 villageois et 65 000 enfants qui sont aujourd’hui privés d’approvisionnement alimentaire », rapporte Cécile Harl de l’association Info Birmanie, jointe par téléphone à Rangoon.

    Des dizaines de milliers de personnes ont quitté leur habitation, certaines ont pris le bateau, d’autres sont sur les routes, ou cachées dans d’autres villages… La solidarité s’organise raconte Info Birmanie, des Rohingyas musulmans sont même parfois accueillis dans des familles bouddhistes. Même si partout ailleurs des discours de haine stigmatisent la population musulmane

    « Aujourd’hui dans la rue à Rangoon, on entend parler de menaces, d’islamistes, de terroristes qui seraient dans l’Arakan, alors même qu’aucune information n’a été donnée sur ces violences », commente Cécile Harl.

    Les ONG demandent une enquête sur les violences d’octobre. Les autorités accusent des groupes musulmans d’avoir été entrainés par les talibans… 200 000 personnes de confession musulmane vivent dans la zone sujette à la répression.

    A (RE)LIRELes Rohingyas de Birmanie, l'une des minorités les plus persécutées au monde

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.