GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Juillet
Dimanche 14 Juillet
Lundi 15 Juillet
Mardi 16 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 18 Juillet
Vendredi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    France: la ministre des Transports Élisabeth Borne nommée ministre de la Transition écologique et solidaire
    Dernières infos
    • Washington sanctionne le chef de l'armée birmane pour le «nettoyage ethnique» des Rohingyas
    • Élection de von der Leyen: «Nous pouvons être fiers de l'Europe» (Macron)
    • Élection von der Leyen: Merkel félicite une européenne «convaincue»
    • Les Etats-Unis souhaitent la poursuite du dialogue avec Pyongyang malgré sa mise en garde
    • Football: le Cameroun se sépare de Clarence Seedorf (sélectionneur) et de Patrick Kluivert (adjoint)
    • Disparition du musicien sud-africain Johnny Clegg (médias locaux)
    • Von der Leyen appelle tous les eurodéputés à travailler ensemble «de façon constructive»
    Asie-Pacifique

    Chine: Xi Jinping renforce un peu plus son emprise sur le Parti communiste

    media Le président chinois Xi Jinping en 2013. REUTERS/Ed Jones/Pool/File Photo

    A l’issue des quatre jours de plénum annuel du Parti communiste chinois (PCC), qui dirige le pays depuis 1949, Xi Jinping s'est vu accorder un rôle encore un plus « central » dans son pays. Secrétaire général du parti depuis 2012, puis chef de l’Etat et de l’armée ; le puissant numéro un chinois ne cesse d’accumuler les postes, tout en écartant ses rivaux.

    Avec notre correspondante à Pékin, Heike Schmidt

    Depuis la mort de Mao Zedong en 1976, le Parti communiste chinois ne voulait plus d’un homme fort qui concentre tous les pouvoirs entre ses mains. Sous Deng Xiaoping, Jiang Zemin ou encore Hu Jintao, les décisions se prenaient de façon collégiale, et cela pour une bonne raison : il fallait éviter les dérives autoritaires du Grand Timonier, dont l'hégémonie avait plongé le pays dans le chaos et causé la mort d’au moins 30 millions de personnes.

    A Pékin, le comité central semble avoir un peu plus mis fin à cette tradition. Dans le communiqué publié à l’issue du 6e plénum, après quatre jours de débats à huis clos, les centaines de hauts dignitaires réunis ont appelé les 88 millions de membres du plus grand parti du monde à « s’unir étroitement autour du comité central du PCC, avec le camarade Xi Jinping occupant un rôle central ». Un signe que le numéro un chinois a marqué des points dans l'âpre bataille pour le pouvoir qui se joue dans sa formation politique, toute-puissante dans le pays.

    Xi Jinping exige « une loyauté absolue »

    Le secrétaire général du Parti communiste, également président de la puissante Commission militaire centrale (et bien sûr, de la République aussi), a donc réussi à consolider, encore un peu plus, son emprise sur la Chine populaire. Gare à ceux qui ne suivent pas sa ligne : Xi Jinping exige de ses camarades une « loyauté absolue ». Toute « critique infondée » est interdite. Le nouveau code de conduite les oblige à « respecter de façon exemplaire les règlements édictés par le parti ».

    Le communiqué final promet la « tolérance zéro contre la corruption », et interdit aux cadres d'accorder des privilèges à leurs proches. Les dirigeants se retrouvent ainsi encore plus sur le fil du rasoir, car le président pourra utiliser l'arme redoutable de la lutte anti-corruption pour se débarrasser de ses derniers rivaux. Une mise au pas du parti, qui intervient à un an d’un congrès crucial censé reconduire Xi Jinping pour un second mandat à la tête du PCC, et commencer à fixer le cap de sa succession.

    → À relire : Xi Jinping, ou la « poutinisation » du pouvoir

    Correspondance de Pékin
    6e plénum du PCC: la machine de propagande se met en marche, et les 348 femmes et hommes les plus puissants de Chine lèvent tous la main comme des robots 28/10/2016 - par Heike Schmidt Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.