GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 20 Mai
Lundi 21 Mai
Mardi 22 Mai
Mercredi 23 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 25 Mai
Samedi 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Retour au pays controversé pour la «Raspoutine» coréenne

    media Manifestation d'opposants à la présidente Park Geun-hye (à droite, ici représentée avec Choi Soon-sil), le 27 octobre à Séoul. REUTERS/Kim Hong-Ji

    Une conseillère de l’ombre de la présidente Park Geun-hye, au centre d’un scandale ravageur pour le pouvoir, est retournée en Corée pour y être interrogée par les procureurs. Choi Soon-sil, 60 ans, surnommée « Raspoutine » par la presse locale, est accusée d’avoir influencé les choix politiques de la présidente, d’avoir reçu des secrets militaires et des documents confidentiels et d’avoir détourné des donations d’entreprises obtenues de façon douteuse.

    Avec notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

    C’est un retour qui ravive la controverse. Choi Soon-sil, la conseillère occulte de la présidente, est revenue d’Allemagne où elle s’était enfuie. Soupçonnée de corruption et de trafic d’influence, elle a obtenu un délai de plus de 24 heures pour être entendue des procureurs. Ce qui lui a donné le temps de détruire des preuves, accusent ce lundi matin la presse et les partis d’opposition.

    Choi Soon-sil est la fille d’un gourou d’une secte religieuse proche de la présidente Park Geun-hye. Elle n’a aucune fonction officielle. Elle est accusée d’être intervenue dans les affaires de l’Etat et d’avoir soutiré 60 millions d’euros à des entreprises.

    Manifestations

    Samedi, entre 20 000 et 30 0000 manifestants ont défilé à Séoul pour demander la démission de Park Geun-hye. Des affiches la représentaient sous les traits d’une marionnette manipulée par Choi Soon-sil.

    Le bureau présidentiel a fait l’objet d’une perquisition. Park Geun-hye a demandé à dix proches conseillers de démissionner. Une démarche jugée insuffisante. Son propre parti demande la constitution d’un gouvernement bipartisan, qui serait composé de ministres des deux bords politiques et qui écarterait de facto la présidente du pouvoir.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.