GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 12 Novembre
Mardi 13 Novembre
Mercredi 14 Novembre
Jeudi 15 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 17 Novembre
Dimanche 18 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: 30 civils tués dans une frappe de l'Otan sur Kunduz

    media Les forces armées afghanes dans un rue de Kunduz, le 4 octobre 2016. REUTERS/Nasir Wakif

    Au moins 30 civils, dont des femmes et des enfants, ont été tués ce jeudi 3 novembre dans une frappe de l’Otan à Kunduz au nord-est de l’Afghanistan. L’aviation américaine venait appuyer les forces afghanes au sol engagées dans des combats contre les talibans. L’armée américaine a déploré de son côté la mort de deux de ses soldats.

    L’émotion est à la mesure de la tragédie. Sur les images diffusées sur les réseaux sociaux, des dizaines de proches de victimes se sont rassemblés devant les bureaux du gouverneur de la province de Kunduz, ce jeudi 3 novembre. Des familles en pleurs portant les corps sans vie de leurs enfants dans leurs bras. Selon un porte-parole de la police cité par Al-Jazeera, la plus jeune des victimes serait un nourrisson de trois mois.

    Les bombes de l’aviation américaine ont saisi les habitants dans leur sommeil. L’opération a eu lieu aux premières heures du jour dans la périphérie de la ville de Kunduz. Dans un bref communiqué, l’Otan confirme avoir mené des frappes aériennes à Kunduz « pour défendre des forces alliées sous le feu ». Une enquête a été ouverte.

    Affrontements

    Selon les médias afghans, l’intervention aurait été précédée d’affrontements intenses à cinq kilomètres environ du centre-ville. Deux commandants talibans de haut rang ont été tués dans les combats, affirme le chef de la police de Kunduz cité par l’agence Associated Press (AP).

    Après le bombardement de l’hôpital de Médecins sans frontières en 2015 qui avait coûté la vie à 42 personnes, cette nouvelle bavure à Kunduz, à quelques jours de l’élection américaine, contribue à dégrader l’image de l’Otan en Afghanistan. « Nous prenons les informations sur la mort de civil très au sérieux », a réagi le général de brigade Charles Cleveland, de la mission « Resolute support » (« Appui résolu ») en Afghanistan.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.