GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Samedi 7 Décembre
Dimanche 8 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 10 Décembre
Mercredi 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    La Chine légalise la censure sur le net

    media lCette loi va renforcer l’ultra-surveillance des 710 millions d’internautes que compte le pays. DR

    L’internet chinois était déjà ultra-surveillé, il le sera plus encore avec cette loi adoptée par le Parlement chinois lundi 7 novembre. Le texte interdit notamment les contenus destinés à «renverser le système socialiste». Une loi qui sollicite également, pour la première fois, l’appui des entreprises étrangères lors des enquêtes liées à des crimes et délits.

    La grande muraille informatique et la censure des réseaux sociaux étaient jusqu’à présent sans cadre juridique en Chine. Le comité permanent de l’Assemblée nationale populaire vient donc de leur donner un cadre légal. Une loi pour renforcer l’ultra-surveillance des 710 millions d’internautes que compte le pays. Un texte qui interdit désormais la publication de contenus portant atteinte à « l’honneur national », « troublant l’ordre économique et social » ou destiné « à renverser le système socialiste ». Autrement dit à mettre un terme au régime de parti unique qui gouverne la Chine depuis 1949.

    Termes flous

    Un cadre législatif, mais des termes encore très flous qui permettent de ratisser large et d’étendre un régime des sanctions déjà élargi en 2013 lors de la campagne contre les rumeurs.

    La loi, qui entrera en vigueur au 1er juin 2017, oblige également les entreprises de l’internet à fournir les données personnelles de leurs utilisateurs et à coopérer avec les autorités pour « protéger la sécurité nationale ». Une obligation qui concerne désormais les sociétés étrangères qui devront fournir « un soutien technique et une aide » aux autorités lors des enquêtes contre les crimes et délits.

    Inquiétudes des milieux d'affaires

    Les milieux d’affaires qui d’ordinaire ne commentent pas les décisions politiques en Chine ne cachent pas leur inquiétude. Comme en 2011, lorsque la censure du net chinois s’était considérablement durcie au lendemain des printemps arabes, la chambre de commerce de l’Union européenne se dit aujourd’hui « préoccupée » ; ce renforcement des contrôles pourrait en effet « freiner les investissements et les entreprises étrangères opérant en ou avec la Chine ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.