GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 10 Octobre
Vendredi 11 Octobre
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 15 Octobre
Mercredi 16 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Fuyant la Birmanie, des dizaines de Rohingyas repoussés du Bangladesh

    media Des garde-frontières bangladais surveillent la frontière avec la Birmanie près de Cox's Bazar pour empêcher l'entrée de Rohingyas, le 22 novembre 2016. REUTERS/Mohammad Ponir Hossain

    Pourchassés depuis des décennies par les autorités birmanes et victimes d’exactions de l’armée ces derniers jours, les Rohingyas essaient de trouver refuge au Bangladesh voisin. Mais là encore, ils rencontrent une résistance.

    Avec notre correspondant à New Delhi,  Sébastien Farcis

    Depuis une dizaine de jours, les habitants de la région de Cox’s Bazar, à la pointe sud du Bangladesh et frontalière avec la Birmanie, ont vu arriver plusieurs centaines de Rohingyas. Selon un journaliste local, les habitants, qui parlent une langue très similaire, les accueillent avec empathie.

    Mais les garde-côtes ont annoncé samedi 19 novembre en avoir repoussé 125 d'entre eux, ce que dénonce Zafrullah Chowdhury directeur de l'association humanitaire Gonoshasthaya Kendra : « C'est une situation humanitaire que le Bangladesh a connue en 1971, lors de sa guerre d'indépendance. A cette époque, 10 millions de personnes ont trouvé refuge en Inde. Et aujourd'hui, nous refusons ces Rohingyas ? Comment peut-on être aussi inhumains ? Si l'Inde n'avait pas accepté nos réfugiés, il n'y aurait pas de Bangladesh aujourd'hui. »

    Des dizaines de milliers de Rohingyas ont dû fuir leurs villages de l'Etat d’Arakan ces derniers jours, après que leurs maisons ont été attaquées et brûlées. L'organisation Human Rights Watch affirme, en s'appuyant sur des images satellites, que 820 de ces habitations ont été calcinées en 10 jours. Ce que le gouvernement birman dément.

    Plus de 200 000 Rohingyas sont déjà réfugiés au Bangladesh, arrivés en différentes vagues ces dernières décennies. Mais à peine 30 000 sont pris en charge dans des camps, administrés par l'ONU. Dacca refuse pour l'instant d'améliorer les conditions de vie des autres, les accusant d'être responsables de différents crimes.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.