GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 17 Janvier
Vendredi 18 Janvier
Samedi 19 Janvier
Dimanche 20 Janvier
Aujourd'hui
Mardi 22 Janvier
Mercredi 23 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Zimbabwe: arrestation du patron du syndicat à l'origine de la grève générale, selon ses avocats
    • Audition au Sénat: Benalla reconnaît avoir commis «un certain nombre d'erreurs»
    • Venezuela: arrestation des militaires qui se sont rebellés contre Maduro (armée)
    • Nom de la Macédoine: le Parlement grec se prononce jeudi (agence ANA)
    • Scandale de la viande de cheval: le procès Spanghero s'ouvre ce lundi à Paris
    • Venezuela: des militaires appellent dans une vidéo à ne pas reconnaître le président Nicolas Maduro
    • Syrie: le groupe EI revendique une attaque ce lundi contre des forces kurdes et américaines (organe de propagande)
    • Politique française: Yannick Jadot (EELV) se déclare contre une loi «anticasseurs» (BFMTV et RMC)
    • Les transports publics nationaux seront bientôt gratuits au Luxembourg, «ce sera payé via les impôts», indique un ministre
    • Grand débat national: les Républicains fustigent les «meetings de campagne» d'Emmanuel Macron (porte-parole)
    • Attentat de Salisbury: l'Union européenne sanctionne les chefs du renseignement militaire russe (officiel)
    • Frappes en Syrie: Israël ne laissera «pas passer» les actes «d'agression» iraniens, selon Netanyahu
    • L'Union européenne (UE), sujet «tabou» du grand débat, déplore Florian Philippot sur RFI
    • Tennis-Open d'Australie: le Français Lucas Pouille s'est qualifié pour son premier quart en Grand Chelem depuis plus de deux ans
    • Afghanistan: au moins douze morts dans une attaque talibane contre un campement militaire proche de Kaboul (autorités)
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: un restaurant pour aider les femmes victimes de violences

    media L'Etat afghan a lancé jeudi 24 novembre une campagne contre les violences envers les femmes (Photo d'illustration). Paula Bronstein/Getty Images

    Ce vendredi 25 novembre est dédié à la lutte contre les violences faites aux femmes. En Afghanistan, 4 000 cas de violences conjugales ont été enregistrés ces neuf derniers mois. Un chiffre largement en-deçà de la réalité puisqu'il ne tient compte que des cas qui ont fait l'objet de plainte ou de signalement. L'Etat a lancé jeudi une campagne contre la violence envers les femmes. Certaines organisations luttent depuis des décennies pour leur protection. C'est le cas de l'Afghan Women Skills Development Center. L'une de ses militantes Mary Akrami a ouvert à Kaboul il y a trois mois un restaurant tenu par des femmes victimes de violences.

    Avec notre correspondante à Kaboul,  Sonia Ghezali

    Mantou, kabouli, pilau et autres plats typiques afghans mijotent en cuisine. Aux fourneaux, Adala, Soraya, Nuria, emportées par le rire entraînant d'Honey, 19 ans, venue d'Hérat, près de la frontière iranienne où elle était réfugiée. « J'avais 10 ans quand mon père m'a vendue. Lorsque ma mère était en vie, on avait une belle vie. Mais après sa mort, mon père a commencé à avoir mal à la tête et à prendre de la drogue. Il a perdu son commerce et c'est là qu'il m'a vendue à l'un de ses amis », témoigne-t-elle.

    A 14 ans et demi, Honey prend la fuite et trouve refuge dans un abri pour femmes géré par l'association de Mary Akrami, l'Afghan Women Skills Development Center (AWSDC). C'est elle qui a ouvert ce restaurant à Kaboul. « Ce qui compte pour moi, c'est de donner du travail à ces femmes, parce qu'elles sont des victimes et en tant que résidentes du refuge pour femmes, il leur est difficile de sortir en toute sécurité. Ce restaurant est leur seul moyen de réintégrer la société, de gagner de l'argent et d'avoir confiance en elles », explique-t-elle.

    L'association les accompagne jusqu'au restaurant et les ramène le soir au refuge où elles sont prises en charge. Elles reçoivent environ 100 dollars de salaire par mois pour un temps complet, soit la moitié du salaire moyen en Afghanistan. Il y a trois mois, Nuria a donc reçu le premier salaire de sa vie. « Je n'ai pas eu la chance d'étudier, mais j'adore cuisiner », raconte-t-elle.

    La jeune femme âgée de 21 ans a fui son époux et sa première épouse qui la battaient. Pour sa sécurité, elle a dû fuir. Devenir indépendante, c'est ce qu'elle souhaite comme les 24 autres femmes qui travaillent ici.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.