GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Avril
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Aujourd'hui
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Urgent
    Sri Lanka: le gouvernement accuse un mouvement islamiste local d'être derrière les attentats du dimanche de Pâques
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Philippines: un convoi attaqué à la veille d'un déplacement présidentiel

    media Un soldat inspecte le bord de route où s'est produit l'explosion sur le passage d'un convoi de conseillers du président Duterte, le 29 novembre 2016. RICHEL UMEL / AFP

    L’attaque d’un convoi de la sécurité présidentielle a fait neuf blessés mardi matin dans le sud du pays, toujours en proie à des violences séparatistes. Aucun civil n’a été tué. L’embuscade, attribuée au groupe rebelle Maute, intervient à la veille d’une visite du président Duterte dans cette région de l’archipel de Mindanao. Lequel a affirmé vouloir maintenir son déplacement et empruntera le même itinéraire.

    La bombe artisanale a explosé dans la ville de Marawi, sur le passage du convoi qui préparait la visite présidentielle. Mais il en faut davantage pour effrayer Rodrigo Duterte qui a déclaré, toujours prompt à la plaisanterie, « peut-être qu’on pourra échanger quelques coups de feu par-ci par-là ».

    Le président se rendra donc, sauf contre ordre, à Mindanao. Il y va pour apporter son soutien aux forces armées en lutte contre des groupes terroristes. Il y a quelques jours, une opération militaire a été lancée pour déloger le groupe Maute de la ville de Butig, où les terroristes ont saisi plusieurs bâtiments officiels, faisant flotter sur la ville le drapeau noir de l’organisation Etat islamique.

    Parmi les quelque 200 membres du Maute se trouvent d’anciens séparatistes du Front Moro islamique de libération, qui s'opposent à la reprise des pourparlers de paix avec le gouvernement. Le conflit séparatiste dure depuis près d'un demi-siècle, et a coûté la vie à 120 000 personnes. Rodrigo Duterte, premier président originaire de Mindanano, avait promis lors de sa campagne électorale de ramener la paix dans le sud des Philippines.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.