GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 15 Août
Vendredi 16 Août
Samedi 17 Août
Dimanche 18 Août
Aujourd'hui
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    «Ma’Rosa», le Manille du petit peuple

    media Jaclyn José a réçu le Prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes 2016 pour son rôle de Rosa dans le film «Ma’Rosa», de Brillante Mendoza. Pyramide Distribution

    Ce film a été tourné bien avant l’accès de Rodrigo Duterte à la présidence des Philippines en mai 2016. Depuis, la guerre anti-drogue a tué plus de 3 000 personnes dans le pays… Avec Ma’Rosa, qui sort ce mercredi sur les écrans en France, Brillante Mendoza nous plonge dans une virée nocturne dans les rues d’un quartier pauvre de Manille. Le chef de file du cinéma philippin indépendant réussit brillamment sa traversée cinématographique d’un quartier et d’une société corrompue et désespérante, traversée tournée en immersion totale. Son actrice principale, Jaclyn José, avait décroché le Prix de la meilleure interprétation féminine au dernier Festival de Cannes.

    A la caisse du supermarché, la caissière leur donne des bonbons au lieu de rendre la monnaie. Lors du retour à la maison, le taxi refuse de s’engager dans une impasse et les oblige à marcher avec leurs sacs lourds dans la boue sous la pluie. Et quand ils arrivent enfin à la « maison », au Rosa Sari-Sari Store, le grand fils a prêté la chaîne karaoké à un bar à côté. Bienvenue dans le Manille de Brillante Mendoza.

    Le mode documentaire pour faire une fiction

    Comme avec son dernier film sur les survivants du typhon meurtrier Haiyan, Taklub, le chef de file du cinéma philippin indépendant se sert de la fiction pour faire un « documentaire » plus vrai que la réalité. Cette fois, il scrute la galère quotidienne d’une famille pauvre dans la capitale pour faire une radiographie de la société philippine.

    Rosa et Nestor Reyes tiennent une petite épicerie dans un bidonville. Mais, pour mieux survivre avec leurs quatre enfants, ils vendent aussi des petits sachets de drogue. Tout ce qui doit arriver arrive : la police débarque et les emmène dans le monde corrompu du commissariat…

    Le Manille du petit peuple

    Pour arriver à un maximum de réalisme, Brillante Mendoza emploie tous les codes du documentaire. Au début, la scène de l’arrestation se contente d’un long plan-séquence de cinq minutes avec caméra d’épaule, des images tremblantes, parfois presque floues et délavées. Sur grand écran, on voit les policiers en civil se frayer un chemin dans cette jungle de petites boutiques et ruelles pour arriver enfin au commissariat pourri du quartier. La porte du poste de police tarde à s’ouvrir, car le garçon, à peine âgé d’une douzaine d’années et dédié à cette tâche, était en train de surfer sur Facebook.  C’est le Manille du petit peuple qui défile devant nos yeux : des baraques de fortune, des bars karaoké, des tuk-tuks et tricycles, des vendeurs à la sauvette… Chacun à sa place, la misère est partout.

    Les policiers et les poulets

    Les preuves contre Rosa et Nestor sont accablantes, inutile de nier. Selon la loi, ils devraient aller en prison pour trafic illégal de drogues. En revanche, les policiers proposent autre chose : « Vous nous payez 200 000 pesos (3 800 euros) et on vous laisse libres ». Un montant bien trop élevé pour cette famille démunie. Reste une autre solution : dénoncer le fournisseur de la drogue. Le rendez-vous est fixé et l’action sera couronnée de succès avec 80 000 pesos et plein de drogues trouvés dans le sac à dos du dealer.

    Au commissariat, c’est la fête, à la charge des suspects. Les policiers commandent deux poulets, une caisse de bières, des cigarettes et des cacahouètes. Tant pis quand le grand « poisson » se montre moins coopératif. Il sera tabassé jusqu’à ce qu’il perde connaissance. C’est à Rosa d’éponger la flaque de sang sur le sol. Et la police maintient son chantage. Le prix de la liberté est fixé à 150 000 pesos pour le fournisseur et à 50 000 pesos pour Rosa et Nestor.

    La caméra entre partout

    Comment réunir une telle somme ? Tous les amis et toute la famille seront sollicités. La caméra entre partout, observe les trahisons et les règlements de comptes d’une société profondément déréglée, les sacrifices des uns et les lâchetés des autres. Avec sa fascination pour un réalisme dérangeant, Brillante Mendoza nous ouvre grand les portes de la société pauvre aux Philippines.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.