GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 13 Août
Lundi 14 Août
Mardi 15 Août
Mercredi 16 Août
Aujourd'hui
Vendredi 18 Août
Samedi 19 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Corée du Sud: un président par intérim qui ne fait pas l’unanimité

    media Hwang Kyo-Ahn, 59 ans, est désormais à la tête de la quatrième économie d'Asie. REUTERS/Kim Hong-Ji

    En Corée du Sud, la présidente Park Geun-hye a été destituée ce vendredi 9 décembre par les députés, à une large majorité, empêtrée dans un scandale de corruption dans lequel aurait trempé sa conseillère occulte aujourd’hui en prison. Park Geun-hye conserve son titre le temps que la Cour constitutionnelle entérine ou non son départ, une procédure qui pourrait durer six mois. En attendant, c’est le Premier ministre Hwang Kyo-ahn, 59 ans, qui assure l’intérim à la présidence.

    « C’est la bonne personne pour éradiquer la corruption. » Il y a un an et demi, lorsque la présidente nommait Hwang Kyo-ahn au poste de Premier ministre, elle ne se doutait pas qu’il finirait par occuper ses fonctions, alors qu’elle-même serait engluée dans un scandale de corruption.

    Ce qui pose problème à certains députés de l’opposition c'est qu'Hwang Kyo-ahn remplace Park Geun-hye alors qu'il est considéré comme le plus loyal de ses partisans et qu'il a été incapable d’empêcher la situation actuelle.

    De fait, Hwang Kyo-ahn est loin de faire l’unanimité : procureur pendant presque trente ans puis ministre de la Justice, il a surtout ciblé les Sud-Coréens soupçonnés d’avoir des sympathies pour la Corée du Nord. S'attirant de solides inimitiés de la part de parlementaires et de défenseurs des droits de l’homme qui se sont interrogés sur les limites de la liberté d’expression dans le pays.

    Lorsque Hwang Kyo-ahn a pris la parole après la destitution de Park Geun-hye, il a indiqué qu’il ferait tout pour maintenir la stabilité de la Corée du Sud et préserver sa sécurité, surtout vis-à-vis de Pyongyang.

    Mais la loi n’est pas claire sur l’étendue des pouvoirs de celui qui occupe aujourd'hui les fonctions de président sans en avoir le titre. Doit-il s’en tenir au minimum pour permettre au gouvernement de fonctionner, ou doit-il utiliser tous les pouvoirs du président ?

    → A (re) lire : Corée du Sud: chute de l'icône conservatrice Park Geun-hye

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.