GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 19 Septembre
Vendredi 20 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Mer de Chine: Pékin justifie l'existence d'installations militaires sur des îles

    media Une des images satellite montrant l'un des îlot chinois, réalisée le 13 décembre 2015. Initiative/DigitalGlobe/Handout via REUTERS

    La Chine renforce-t-elle de « façon significative » ses moyens de défense sur toute une série d’îlots artificiels qu’elle a construits en mer de Chine méridionale ? C’est en tout cas ce que soutient un nouveau rapport d’un centre de réflexion basé à Washington, images par satellite à l’appui. Surprise cet après-midi à Pékin : le ministère des Affaires étrangères a confirmé ces travaux, les justifiant comme étant « normaux ».

    Avec notre correspondante à PékinHeike Schmidt

    Des images par satellite avaient déjà prouvé l’existence de phares, de pistes d’atterrissage et de ports militaires sur les îlots dans ces eaux revendiquées par Pékin, mais de nouveaux clichés semblent indiquer que l’armée chinoise y a aussi installé des batteries antiaériennes et des systèmes antimissiles. Le gouvernement qui jusque-là avait démenti toute « militarisation » de cette zone disputée justifie aujourd’hui ces travaux.

    « Que la Chine, sur son propre territoire, réalise des travaux et déploie des équipements de défense nécessaires me semble assez normal. Si vous considérez comme inadéquate la construction et le déploiement par la Chine sur son propre territoire d’équipements de défense, que dire de l’envoi de navires en mer de Chine méridionale ? », a estimé Geng Shuang, porte-parole du ministre des Affaires étrangères.

    Au nom de la « liberté de navigation », la marine américaine fait en effet régulièrement croiser ses bateaux de guerre autour des îles « Spratleys » - ces eaux sont réputées riches en hydrocarbures et en poisson - mais il s’agit aussi d’un passage essentiel pour le commerce international. Washington et Pékin s’accusent mutuellement de « provocations ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.