GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 20 Mai
Lundi 21 Mai
Mardi 22 Mai
Mercredi 23 Mai
Aujourd'hui
Vendredi 25 Mai
Samedi 26 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Philippines: la sanglante guerre de Rodrigo Duterte contre la drogue

    media Le président philippin Rodrigo Duterte. REUTERS/Lean Daval Jr

    Près de 5 000 personnes ont été tuées aux Philippines depuis l'arrivée au pouvoir en mai 2016 du président Rodrigo Duterte, au terme d'une campagne populiste où il avait promis d'éradiquer le trafic de drogue en appelant à l'assassinat de dizaines de milliers de trafiquants et toxicomanes. Malgré les nombreuses condamnations et protestations internationales, l'homme fort de Manille jouit d'une grande popularité et du soutien de 77% des Philippins, selon un récent sondage.

    Rodrigo Duterte mène une guerre sans merci contre les toxicomanes et les trafiquants de drogue. Une guerre qui vire au carnage : plus de 5 000 morts en moins de six mois, selon les chiffres officiels, ce qui équivaut à une trentaine de morts par jour.

    Les victimes, souvent retrouvées criblées de balles au fond d'une impasse d'un bidonville, sont abattues par la police ou des inconnus. Pour les défenseurs de droits de l'homme, les victimes sont signalées comme des trafiquants ou des toxicomanes et tuées par des policiers ou des tueurs à gages qui agissent en toute impunité.

    Sanctions

    Fidèle à sa réputation de provocateur, Duterte insulte copieusement ses détracteurs, menace les journalistes, et a provoqué récemment la stupeur en affirmant avoir lui-même liquidé des criminels, dealers ou délinquants lorsqu'il était maire de Davao, grande ville du sud de l'archipel.

    Dans cette guerre « pour montrer l'exemple », selon ses propres termes, Duterte aurait dirigé des escadrons de la mort responsable de plus de 1 000 assassinats, dont des enfants. En réaction, Washington a décidé de suspendre un programme d'aide, Pékin s'est de son côté engagé à fournir des armes légères pour lutter contre le trafic de drogue.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.