GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Afghanistan: la justice ouvre une enquête sur le vice-président, accusé de viol

    media Le vice-président afghan Abdul Rachid Dostum est aussi un ancien chef de guerre. AFP PHOTO/SHAH Marai

    La justice afghane a ouvert une enquête visant le vice-président Abdul Rachid Dostum. L’ancien chef de guerre est accusé d’avoir séquestré et fait violer par ses hommes un rival politique.

    C’est lors d’une joute guerrière traditionnelle organisée le mois dernier dans son fief du nord du pays que le général Dostum aurait ordonné à sa garde personnelle de capturer un rival politique, Ahmad Ischi.

    Cet ancien gouverneur a ensuite affirmé sur la chaîne de télévision Tolo avoir été séquestré pendant plusieurs jours, battu et violé dans une des propriétés du vice-président. Les services d’Abdul Rachid Dostum ont démenti, parlant de diffamation.

    Ils ont aussi affirmé être prêts à coopérer, de préférence en passant par des responsables tribaux plutôt que par un tribunal. Mais devant la pression des Etats-Unis, de l’Union européenne, du Canada ou encore de l’Australie, la justice afghane a finalement ouvert une enquête.

    Chef de guerre dans les années 1980, issu de la minorité ouzbèke, le général Dostum a participé à la formation de l'Alliance du Nord contre les talibans à la fin des années 1990. Les associations de défense des droits de l’homme l'accusent de crime de guerre, notamment en 2001, lorsqu’il fait prisonnier plusieurs milliers de talibans, qui sont ensuite exécutés ou meurent asphyxiés dans des conteneurs.

    Ce qui n'empêche pas le président Ashraf Ghani de le nommer vice-président en 2014 lors de son arrivée au pouvoir, pour gagner le soutien de son fief du nord et de la minorité ouzbèke.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.