GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 12 Août
Lundi 13 Août
Mardi 14 Août
Mercredi 15 Août
Aujourd'hui
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Brésil: dépôt de la candidature du prisonnier Lula à la présidentielle (parti)
    Asie-Pacifique

    Bangladesh: après une grève, des milliers d'ouvriers licenciés

    media Manifestation de milliers d'ouvriers du textilme à Dacca (photo d'archives). REUTERS/Andrew Biraj

    Au Bangladesh, après la fermeture de plusieurs usines textiles pour cause de grève des ouvriers, l’activité reprend. Tous les ouvriers n'ont cependant pas pu retourner à leur poste. Plusieurs centaines d'entre eux ont été congédiés.

    La police a annoncé que 1 500 ouvriers ont été mis à la porte. Mais à en croire la Fédération bangladaise des travailleurs de l'industrie et de l'habillement ce serait plutôt 3 500 salariés qui auraient perdu leur emploi.

    Cette grève jugée illégale par la police a également conduit à l'arrestation de plusieurs dizaines de personnes, dont des leaders syndicaux et un journaliste qui couvrait la mobilisation.

    Tripler le salaire minimum

    Lancé mi-décembre pour protester contre le licenciement d'une centaine d'ouvriers, le mouvement vise aussi à obtenir une augmentation du salaire minimum. Les grévistes veulent qu'il soit multiplié par trois pour passer de 64 euros à 193 euros par mois, pour un travail qui se déroule fréquemment dans des conditions difficiles. On se souvient par exemple de l'effondrement du Rana Plaza qui avait provoqué la mort de plus de 1 000 ouvriers.

    Les industriels du secteur avaient fermé des usines la semaine dernière par crainte de vandalisme mais l’activité dans ces fabriques qui produisent des vêtements pour de grandes marques occidentales a finalement repris. Selon la police 90% des ouvriers seraient au travail, sans que les grévistes aient obtenu gain de cause.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.