GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 26 Mars
Lundi 27 Mars
Mardi 28 Mars
Mercredi 29 Mars
Aujourd'hui
Vendredi 31 Mars
Samedi 1 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Logement en France: fin de la trêve hivernale vendredi et reprise des expulsions pour des milliers de familles
    • Suspecté de participation à un trafic de drogue, un procureur mexicain a été arrêté à la frontière américaine à San Diego (autorités)
    • Etats-Unis: un juge fédéral de Hawaï va étendre le blocage du décret migratoire Trump
    Asie-Pacifique

    Birmanie: des milliers de personnes fuient les combats dans l'Etat Kachin

    media Des populations Kachin qui fuient les zones de combats, dans le nord de la Birmanie, le 11 janvier 2017. Joint Strategy Team

    Elle avait fait de la paix sa priorité numéro un pour son pays, mais la Birmanie est aujourd’hui secouée par des conflits de plus en plus violents. Depuis son arrivée au pouvoir il y a neuf mois, la conseillère d’Etat Aung San Suu Kyi a déployé d’importants efforts pour résoudre ces conflits ethniques. Des efforts qui ne sont pas couronnés de succès pour le moment. Dans le nord de la Birmanie, dans l’Etat Kachin, les combats s’intensifient entre l’armée birmane et l’Armée pour l’indépendance Kachin (KIA), un groupe rebelle ethnique qui réclame davantage d’autonomie. Des milliers de déplacés ont dû fuir les camps qu’ils occupaient.

    Avec notre correspondant à Rangoon, Rémy Favre

    Des bombes tombent à proximité de plusieurs camps de déplacés. Des camps adossés à la frontière chinoise, à l’extrême-nord de la Birmanie. Des camps occupés par des déplacés kachin qui, depuis cinq ans, sont pris en tenaille entre les positions de l’armée birmane et celles de l’insurrection kachin.

    L’exode continue pour ces milliers de déplacés, plus de 3 000 d’entre eux ont fui leurs abris dans la nuit de mardi à mercredi 11 janvier. Certains ont essayé de trouver refuge en Chine. 

    La conseillère d’Etat Aung San Suu Kyi doit normalement réunir une conférence pour la paix le mois prochain, mais les positions de l’armée et des groupes rebelles sont de plus en plus éloignées, elle ne parvient pas à les rapprocher. 

    Les victimes des conflits ethniques n’hésitent plus à critiquer la proximité qu’elle entretient avec les généraux birmans au détriment de ceux qui souffrent des affrontements sur le terrain. Son gouvernement vient par exemple de refuser l’accès à deux villes de l’Etat kachin au rapporteur spécial des Nations unies pour les droits de l’homme en Birmanie. 

    Les Nations unies estiment que le gouvernement d’Aung San Suu Kyi impose des restrictions plus sévères que le précédent gouvernement des anciens militaires aux personnels humanitaires sur les terrains de conflit en Birmanie.

    L'armée birmane n'hésite pas à utiliser l'artillerie lourde pour prendre les postes de contrôle du groupe ethnique armé kachin et à travers des bombardements qui se font proches des camps de déplacés internes, ce qui pousse les populations à fuir vers la Chine. Il cela a été une journée très dangereuse pour les civils dans l'Etat Kachin alors que c'était la journée de célébration de l'Etat Kachin. Cela a provoqué la fuite d'environ 4 000 déplacés et population locale en pleine nuit, surtout des femmes et des enfants, qui marchaient dans le froid et qui ont dû se rendre en Chine. A la frontière a priori, il y a encore des gens qui attendent de pouvoir passer en Chine. Ce combat dure depuis longtemps. En Birmanie, depuis des décennies il y a des combats entre l'armée birmane et les groupes ethniques armées qui revendiquent le contrôle de leurs territoires, notamment à travers l'instauration d'un Etat fédéral. Il y a des combats depuis plusieurs mois dans l'Etat Kachin, qui s'intensifient de plus en plus, et aussi dans l'Etat Shan, ce qui met clairement en danger les négociations de paix lancées par Aung San Suu Kyi, notamment à travers la conférence de Panglong pour le 21e siècle,dont la prochaine conférence conférence est prévue en février prochain.
    Camille Cuisset: les combats s'intensifient dans l'Etat de Kachin et l'Etat de Shan Coordinatrice de l'ONG Info Birmanie 11/01/2017 - par Jelena Tomic Écouter

    Des milliers de Birmans ont fui dans la nuit vers la Chine en raison d'intenses combats entre les rebelles et l'armée dans le nord du pays, ont indiqué des ONG le 11 janvier 2017. Joint Strategy Team

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.