GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 21 Mars
Mercredi 22 Mars
Jeudi 23 Mars
Vendredi 24 Mars
Aujourd'hui
Dimanche 26 Mars
Lundi 27 Mars
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Pakistan: inquiétude après la disparition de quatre blogueurs

    media Manifestation de soutien aux blogueurs disparus, Islamabad, le 10 janvier 2017. AAMIR QURESHI / AFP

    A Karachi, Lahore et Islamabad, des centaines de personnes se sont rassemblées pour demander le retour de militants des droits de l’homme disparus la semaine dernière.

    Avec notre correspondant à Islamabad, Michel Picard

    Au moins quatre militants des droits de l’homme, connus pour leurs prises de position contre l’armée ou le gouvernement, ont disparu la semaine dernière. Certains enlevés en pleine ville, d’autres dont on est simplement sans nouvelles. Leur point commun : animer des forums, des blogs ou être très actifs sur les réseaux sociaux.

    Lors du rassemblement dans la capitale, des bougies à la main, de nombreux membres de la société civile sont venus dénoncer une nouvelle étape dans ce qu’ils qualifient de «censure», comme la féministe Farzana Bari. « C’est une tactique utilisée contre les militants des droits de l’homme et contre les blogueurs qui parlent de démocratie ou de justice sociale. C’est une tendance très très alarmante », assure-t-elle.

    En ligne de mire, les services de l’Etat, prompts à réagir face aux voix qui dérangent. Usmane est venu protester car les réseaux sociaux sont pour lui l’un des rares terrains de liberté. Et il craint de voir ce champ lui aussi verrouillé. « Je crois que le gouvernement essaie de faire ce qu’il a déjà fait avec les journaux papier ou en ligne. Ils essaient de faire en sorte que les individus se censurent eux-mêmes sur les réseaux sociaux », nous explique-t-il.

    Les agences de renseignements sont depuis longtemps soupçonnées au Pakistan de procéder à des détentions arbitraires, voire de participer à des disparitions jamais résolues. En attendant, les familles d’Asim, Ahmad, Salman et Ahmed sont toujours sans nouvelles de leurs proches depuis les 4 et 7 janvier.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.