GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Aujourd'hui
Lundi 23 Octobre
Mardi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    L’Afghanistan s’enfonce dans la violence, selon un rapport de Human Rights Watch

    media Une famille de déplacés dans un camp à Takhar, le 11 octobre 2016. Les violences ont poussé plus d'un million de personnes à fuir leur foyer. REUTERS/Nasir Wakif

    Un nouveau rapport de Human Rights Watch (HRW) sur la situation des droits de l'homme dans le monde alerte sur la détérioration de la sécurité en Afghanistan. Le nombre de victimes civiles a atteint un nouveau record depuis 2001 : 8 000 morts en 2016. Des victimes de l'insécurité et des violences récurrentes dans le pays.

    Avec notre correspondante à Kaboul,  Sonia Ghezali

    Le sentiment d'insécurité, les Afghans vivent avec au quotidien. « Croyez-moi, quand je sors de chez moi, je ne sais jamais si je vais rentrer vivant à cause de cette situation. » La phrase de cet adolescent qui vit à Kaboul est dans toutes les bouches.

    Mahamat est commerçant dans une rue dans la capitale : « On ne sait jamais ce qu'il va se passer dans les cinq minutes. Une explosion peut se produire à n'importe quel moment. Ici, par exemple, il y a eu une explosion à côté, mais heureusement c'était en pleine nuit », raconte-t-il.

    Ce vendeur ambulant a été témoin d'une attaque suicide contre une ambulance. « C'est instable. Une semaine c'est calme et la semaine suivante il y a des explosions et des attentats suicide », dit-il.

    Aux attaques revendiquées par des groupes armés, dont les talibans, se sont ajouté celles de l'organisation Etat islamique essentiellement présente dans l'est du pays, là où vit Nourzima qui a fui son village avec son mari et ses six enfants. « Il y a eu des coups de feu, ils tiraient dans tous les sens, même sur les enfants, certains ont été touchés. Ce sont des gens cruels, c'est pour ça qu'on est parti », explique-t-elle.
    Les violences en Afghanistan ont poussé plus d'un million de personnes à fuir leur domicile.

    → A (re) lire : Afghanistan: cinq femmes tuées à Kandahar en allant à leur travail

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.