GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 19 Août
Mardi 20 Août
Mercredi 21 Août
Jeudi 22 Août
Aujourd'hui
Samedi 24 Août
Dimanche 25 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Thaïlande: procès à huis clos d’un général pour trafic d’êtres humains

    media Le général Manas Kongpan figure parmi les 80 inculpés qui comparaissent ce mardi 25 janvier, pour trafic d'êtres humains. Reuters

    En Thaïlande plus de 80 personnes comparaissent, ce mardi 24 janvier, devant la justice pour trafic d’êtres humains. Parmi eux, un haut gradé de l’armée thaïlandaise. La junte militaire au pouvoir avait lancé en 2015 une vaste opération de lutte contre ces trafics. Le problème est que les journalistes ne peuvent rapporter aucun des propos qui se tiennent à l’audience, qu’ils suivent devant un écran de télévision.

    Les procès à huis clos se sont multipliés depuis le coup d’Etat de 2014, notamment dans les nombreuses affaires de diffamation de la royauté. Mais ils concernent rarement les affaires criminelles. C‘est peut-être la présence du général Manas Kongpan parmi les accusés qui explique aujourd'hui cette mise au secret. Le rôle de ce haut gradé de l’armée thaïlandaise dans le trafic de migrants avait été révélé dès 2009 par une enquête du South China Morning Post.

    En 2015, le général Prayuth, chef de la junte au pouvoir, a lancé une opération de lutte contre le trafic d’êtres humains. L’existence de sordides camps de transit à la frontière avec la Malaisie avait alors été révélée et des dizaines de bateaux de migrants rohingyas refoulés par la Thaïlande et ses voisins avaient dérivé en mer d'Andaman pendant des jours, sans eau ni nourriture, provoquant une crise humanitaire.

    L'un des cerveaux de ce trafic a été condamné à 35 ans de prison en septembre dernier. Ce mardi débutent les plaidoiries de la défense de plus de 80 inculpés. Outre le général Kongpan, plusieurs responsables des autorités locales se trouvent parmi eux.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.