GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Décembre
Lundi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Birmanie: saisie record de tablettes de méthamphétamine en 2016

    media Des policiers birmans mettent le feu à des stocks de drogues saisies par les autorités, le 26 juin 2015 à Rangoon. AFP PHOTO / YE AUNG THU

    En Birmanie, selon des chiffres de la police obtenus par l’AFP, Naypyidaw a saisi en 2016 un nombre record de comprimés de méthamphétamine. Le pays est un des premiers producteurs de drogue dans le monde, méthamphétamine, mais aussi opium, drogue et cannabis.

    En 2016, la police birmane a saisi plus de 98 millions de comprimés de méthamphétamine, près du double par rapport à l'année précédente. Egalement près de 2,5 tonnes de méthamphétamine pure.

    Le nombre de poursuites judiciaires en relation avec le trafic de drogue a également sensiblement augmenté, un trafic lui-même en hausse, la police manquerait d’homme et de matériel. Elle a aussi du mal à travailler dans les Etats des minorités ethniques en conflit avec le gouvernement central, or la méthamphétamine est principalement produite dans un de ces Etats, l’Etat Shan.

    Les revenus de la drogue financent depuis des dizaines d’années les rébellions, mais l’armée en profiterait aussi. Et si une grande partie de la drogue est exportée, elle alimente également le marché interne, surtout là où elle est produite. Elle touche donc particulièrement les jeunes appartenant à des minorités ethniques, et apporte overdose, violence et maladies.

    En 2012, l’ancien gouvernement du président Thein Sein annonçait qu’il comptait éradiquer la culture de l’opium, dont le pays est le second producteur au monde, d’ici 2019. Aung San Suu Kyi n’a pas indiqué si elle comptait respecter cette échéance. D'autant que les militaires laissent peu de place au nouveau gouvernement sur la question des conflits avec les minorités ethniques.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.