GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
Jeudi 23 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 25 Novembre
Dimanche 26 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Asie-Pacifique

    Corée du Sud: des sanctions chinoises qui ne disent pas leur nom

    media Un intercepteur de missiles à haute-altitude (THAAD). REUTERS/U.S. Department of Defense

    Sans le reconnaître officiellement, la Chine intensifie depuis plusieurs mois ses sanctions économiques visant son voisin sud-coréen. Construction civile, automobile, culture et divertissement : les entreprises sud-coréennes voient un nombre croissant de leurs projets être annulés, sans explication officielle. La raison de ces pressions chinoises croissantes : Pékin s'oppose farouchement à l'installation prochaine, sur le territoire sud-coréen, d'un système américain très sophistiqué d'interception de missiles à haute-altitude (le THAAD).

    Avec notre correspondant à SéoulFrédéric Ojardias

    Les entreprises sud-coréennes affrontent de soudaines difficultés dans leurs projets en Chine.

    Mercredi 8 février, le groupe Lotte a ainsi annoncé que les autorités chinoises avaient suspendu la construction d'un parc d'attraction d'un montant de 2,6 milliards de dollars. Le constructeur automobile Hyundai s'est vu lui obligé de retarder la sortie en Chine d'un véhicule hybride en raison de nouvelles règlementations qui pénalisent ses batteries. Pékin s'attaque aussi aux exportations culturelles, selon la presse à Séoul. Des feuilletons, des co-productions, des concerts sud-coréens sont annulés en masse depuis plusieurs mois.

    Avec ces sanctions qui ne disent pas leur nom, la Chine entend faire pression sur la Corée du Sud pour qu'elle renonce à installer sur son territoire un bouclier anti-missile américain, le THAAD. Ce système sophistiqué d'armement sert en théorie à se protéger des fusées du turbulent voisin nord-coréen. Mais en pratique, les puissants radars du THAAD représentent une menace considérable pour les capacités de dissuasion nucléaires chinoises, ce qui explique la fureur de Pékin.

    La Chine est le premier partenaire commercial de la Corée du Sud.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.