GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Juin
Vendredi 14 Juin
Samedi 15 Juin
Dimanche 16 Juin
Aujourd'hui
Mardi 18 Juin
Mercredi 19 Juin
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Le demi-frère de Kim Jong-un empoisonné à l'aéroport de Kuala Lumpur

    media Kim Jon-nam a dirigé le service de contre-espionnage de la police secrète du régime nord-coréen, entre autres postes stratégiques, a été un temps considéré comme l'héritier potentiel de son père. Reuters

    Le demi-frère du dirigeant nord-coréen Kim Jong-un aurait été assassiné en Malaisie, affirme l’agence de presse sud-coréenne Yonhap, qui cite des sources du gouvernement sud-coréen. Kim Jong-nam, 45 ans, était le fils aîné de Kim Jong-il, le père du dirigeant actuel de la dictature nord-coréenne. Un temps considéré comme un possible successeur de son père, il vivait un semi-exil doré à l’étranger et s’était même permis ponctuellement de critiquer dans la presse le régime nord-coréen.
     

    De notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias

    Kim Jong-nam aurait été tué à 9h lundi matin à l’aéroport de Kuala Lumpur. Deux agentes nord-coréennes lui auraient injecté un poison à l’aide d’une seringue avant de prendre la fuite en taxi, précise même la télévision sud-coréenne TV Chosun, qui cite plusieurs sources gouvernementales.

    Kim Jong-nam avait déjà échappé à plusieurs tentatives d’assassinat. Considéré un temps comme le successeur de son père Kim Jong-il, il était tombé en disgrâce en 2001 après avoir tenté de se rendre à Disneyland Tokyo avec un faux passeport. Depuis, il vivait en semi-exil à Macao, avec sa famille, et était protégé par les autorités chinoises. 

    Certains voyaient en lui un possible successeur de Kim Jong-un en cas de changement de régime à Pyongyang. Dans des interviews données à un journaliste japonais, il avait appelé à des réformes économiques dans son pays, et avait estimé que le règne de son demi-frère ne durerait pas longtemps. 

    Un meurtre qui démontrerait « la brutalité » de Pyongyang

    S’il est confirmé, son assassinat serait le signe que Kim Jong-un continue de se débarrasser des membres de sa famille qu’il juge dangereux pour son pouvoir. En 2013, il avait fait exécuter son oncle, le très influent Jang Song-taek qui était, lui aussi, proche de Pékin.

    « Notre gouvernement est certain que l'homme assassiné est Kim Jong-mam », a déclaré le porte-parole du ministère sud-coréen de l'Unification, Chung Joon-Hee, qui gère les affaires intercoréennes mercredi.

    « Si cela est confirmé, avait réagi peu avant le président sud-coréen par intérim, Hwang Kyo-Ahn, cité par son porte-parole, le meurtre de Kim Jong-nam serait un exemple qui démontrerait la brutalité et la nature inhumaine du régime nord-coréen ».

    Kim Jong-nam était théoriquement l'héritier qui devait monter sur le trône coréen. Il s’est totalement discrédité en 2001 en essayant d’aller à Disneyland au Japon avec un faux passeport...

    Assassinat de Kim Jong-nam : portrait par Juliette Morillot auteur de «La Corée du Nord en 100 questions» 15/02/2017 - par Christophe Paget Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.