GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Décembre
Lundi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Asie-Pacifique

    Indonésie: l'élection du gouverneur de Jakarta, un scrutin surveillé de près

    media Le gouverneur sortant de Jakarta, Basuki Tjahaja Purnama, pendant le vote dans la capitale, ce mercredi 15 février 2017. REUTERS/Beawiharta

    En Indonésie, ce mercredi 15 février 2017, près de 7 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes pour élire le gouverneur de Jakarta, l’équivalent du maire de la capitale. Le scrutin se déroule dans un contexte de fortes tensions politico-religieuses. Le gouverneur sortant, qui brigue un nouveau mandat, doit notamment répondre d’accusations de blasphème devant la justice indonésienne. Il serait en ballotage selon les premières estimations.

    De notre correspondant à Jakarta,

    La campagne pour prendre la tête de la capitale a été notamment marquée par deux images, toutes les deux liées à la figure du gouverneur sortant. La première, c’est la marée blanche qui a déferlé deux fois, en novembre puis en décembre, sur le centre de la capitale indonésienne.

    Tensions exacerbées

    Une vague composée de militants islamistes radicaux, qui réclament à grands cris l’emprisonnement du gouverneur actuel, un chrétien d’origine chinoise, surnommé Ahok. Le week-end dernier, à nouveau, environ 100 000 d’entre eux se sont réunis au cœur de Jakarta pour prier, cette fois-ci, contre l’élection d’un non-musulman.

    La seconde image marquante, et qui contraste fortement avec la foule compacte de ses opposants, c’est l’apparente solitude du candidat Ahok face à ses juges, lors de son procès pour blasphème. A l’automne, au début de la campagne, Ahok était encore largement en tête des intentions de vote.

    A ce moment-là, il a critiqué l’interprétation du Coran faite par certains de ses opposants politiques pour appeler à voter contre lui, un non-musulman. Ceux-ci en ont alors profité pour laisser entendre que c’est le Coran lui-même que le candidat insultait.

    Un scrutin-test

    Un montage volontairement malhonnête, une vidéo qui laissait entendre le même son de cloche et qui est devenue virale sur Facebook, a achevé de pousser la masse des musulmans radicaux dans la rue pour réclamer l’incarcération du gouverneur pour cause de blasphème. Une pression populaire à laquelle les institutions n’ont pas su résister, et qui a conduit au procès en cours.

    Au vu du contexte, certains analystes affirment que cette élection est un test déterminant pour l’avenir de la tolérance interreligieuse en Indonésie. Dans un premier temps, ce scrutin doit permettre de mesurer l’influence réelle des extrémistes musulmans, qui ont activement fait campagne contre le candidat sortant, proche du pouvoir.

    Le rapport de force est d’autant plus important que la mairie de Jakarta est souvent considérée comme un marchepied vers le pouvoir suprême en Indonésie. L’élection du gouverneur semble ainsi représenter une sorte de répétition générale pour les différents partis en place, dans l’attente de l’élection présidentielle qui aura lieu d’ici deux ans.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.